• Suivez-nous :

accueil
Cultures > Autres cultures > Blés biologiques: moisson satisfaisante !
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres cultures - 12-10-2007

Blés biologiques: moisson satisfaisante !

L’agriculture biologique obtient d'excellents résultats en culture de blé, même dans une année difficile comme 2007. C'est l'un des enseignements de l'essai « variétés de céréales » implanté chez Didier Boisard, agriculteur biologique à Courcelles-la-Forêt (Sarthe). L'essai s'inscrit dans le réseau d'essais de l'Institut technique de l'agriculture biologique. Il n'y a eu aucune intervention sur la culture entre le semis et la récolte ! Le reliquat d'azote a été mesuré à 102 unités/ha à l'implantation de la culture. L'enherbement est resté faible jusqu'au bout.
Les résultats présentés ici sont ceux d'un seul essai et sont donc à prendre avec réserve. Attlass est la variété qui se détache en productivité (72 q/ha dans l'essai) grâce à une très bonne résistance aux maladies. Saturnus, Pirénéo et Renan confirment leur grande tolérance aux maladies du feuillage et réussissent les meilleurs taux de protéines alors que Cornelius et Ludwig ont été plus touchées que les autres par la rouille brune, Mercato et Chevalier par la septoriose.
Dans l'essai variétés de triticales, les rendements atteignent 56 q/ha en moyenne. Grandval est la variété à suivre compte tenu de son très bon potentiel de rendement (70 q/ha dans l'essai) et surtout de son très bon comportement face aux maladies d'un bout à l'autre de la campagne. Il se classe également en tête dans les essais de la ferme expérimentale biologique de Thorigné d'Anjou. Talentro et Triskeil ont été moins performantes du fait d'une moindre résistance aux maladies.
Le mélange de variétés permet de valoriser les qualités des variétés entre elles et de composer un ensemble souvent meilleur que chaque variété cultivée seule. Ici, le mélange est équivalent à la moyenne des trois variétés cultivées seules.
Didier Boisard observe qu'en prolongeant la durée de ses prairies temporaires, il n'est pas perdant. Lorsqu'il les retourne -le labour reste le meilleur désherbant quand on ne veut pas utiliser d'herbicide- par un labour peu profond, il peut implanter ses céréales sans apport d'azote ni de fumier. Il peut compter sur de forts reliquats et sur des fournitures du sol importantes au printemps. Par contre il est obligé de monter la densité de semis à 350 gr/m2 pour le blé et 300 pour le triticale pour avoir 200 pieds/m2 en blé et 165 en triticale.
Cette année, il a supprimé le maïs ensilage pour ses 30 Prim’holstein. « C'est bien tombé car avec l'abondance de pluies, j'ai pu faire cinq coupes de mélange luzerne/dactyle pour 15 t/ha de matière sèche. Le trèfle violet/ray gras hybride va me donner 10-12 t MS/ha avec la quatrième coupe. » Aucun regret pour le maïs donc.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services