• Suivez-nous :

accueil
Cultures > Fourrages > Méteils et dérobées : les effets agronomiques
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Fourrages - 17-08-2018

Méteils et dérobées : les effets agronomiques

Lors des journées de printemps AFPF à Paris et au salon de l’herbe à Rennes, Michel Moquet, ingénieur chez Arvalis a détaillé les effets agronomiques des couverts et dérobées dans la rotation.

Une dérobée entre deux cultures principales (souvent céréales et maïs) apporte nombre d’avantages bien connus : couverture du sol, étouffement des adventices, abri et nourriture pour la faune, piège à nitrates, stockage de matière organique. « A condition de prendre le temps de bien le faire et mettre l’argent qu’il faut !» tempère Michel Moquet, ingénieur Arvalis. Les effets agronomiques positifs nécessitent un semis précoce « pour bénéficier de l’effet fraîcheur après la moisson de la céréale» et une biomasse minimum à l’entrée de l’hiver. En revanche, il faut être vigilant par rapport à l’absence de rupture sanitaire (maladies, ravageurs) et donc implanter les espèces adaptées à la rotation. « Le choix est large avant une culture de maïs. »

Pour ce qui est du rendement de la culture suivante, la synthèse de 370 essais (1) conclut que l’impact global des couverts est neutre, en comparaison d’un sol nu. « Quelles que soient les espèces cultivées, le couvert augmente de 1% en moyenne leur rendement.» Toutefois, on remarque une grande variabilité liée à la biomasse produite par le couvert, à la présence ou non de légumineuses, au ratio C/N, etc..

Si les rendements de la culture suivante sont préservés grâce à la fourniture d’azote par le couvert, ce dernier « s’il produit 2 à 4 t MS/ha», exporte aussi du phosphore et du potassium « qu’il faudra compenser». L’autre point de vigilance porte sur la date de destruction du couvert. Les récoltes tardives des dérobées, à partir de la fin février, ont un effet dépressif sur le rendement du maïs qui suit. « On a assèche le profil et on pénalise la culture. » De plus, le tassement du sol lors de ces récoltes de méteil, est préjudiciable à l'enracinement et la croissance du maïs, « il impacte le rendement».


(1) Essais des instituts techniques, chambres d’agriculture et FDGEDA, dans différentes régions, en tournesol, lin fibre, orge de printemps, maïs grain, maïs fourrage, betterave sucrière


Signaler un abus

Catégories : Agriculture culture

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services