• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > Autres eco-gestion > L’anticipation au service de la transmission
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres eco-gestion - 17-11-2017

L’anticipation au service de la transmission

Concours Repor'Terre d'Avenir

Cette semaine, nous publions le deuxième article dans le cadre du concours Repor’Terre d’Avenir, organisé par Altonéo avec L’Avenir agricole et Jeunes Agriculteurs. Pour ce second article, ce sont des élèves de BTS Acse 2 de La Futaie (Port-Brillet, Mayenne) qui sont à l’honneur.

Sylvie et Stéphane Gougeon, des exploitants prêts à céder à la valeur économique.

Sylvie et Stéphane Gougeon, des exploitants prêts à céder à la valeur économique.


Depuis le début de leur carrière, Stéphane et Sylvie Gougeon exploitants à Désertines ne cessent d’anticiper. Aujourd’hui, ils pensent à la transmission de leur exploitation.


Stéphane s’est installé avec ses parents en 1988. Durant sept ans, il a augmenté la productivité laitière avec le système existant à moindre coût, ce qui a accru la rentabilité : “En dix ans j’ai pu acheter 80 % des parts de mes parents”dit-il. Sa femme Sylvie a travaillé comme technico-commerciale puis dans un centre de gestion. Elle s’est installée en 1995 après le départ à la retraite de ses beaux-parents tout en apportant les moyens de productions de l’exploitation de ses propres parents. L’exploitation a donc augmenté de 25 ha et 75 000 litres de lait.


Une évolution permanente


A la suite de cette installation, une succession d’investissements a débuté. Toutefois, cette évolution a été freinée par les normes environnementales. Avec du recul, ils pensent que ces réglementations leur ont évité d’aller trop vite. Tous les deux amateurs d’auto-construction, ils ont conçu leurs bâtiments de manière la plus fonctionnelle de façon à pouvoir anticiper une éventuelle évolution. En 2008, ayant un bon potentiel de terres, ils mettent en place la fabrication d’aliment à la ferme pour les porcs. Cela leur a permis de diminuer les coûts de production afin que le système soit le plus efficient, rentable et autonome possible. Aujourd’hui, Sylvie et Stéphane ne cessent de faire évoluer leur exploitation afin de la pérenniser. Avec la précieuse aide de Philippe, leur salarié, ils gèrent aujourd’hui l’ensemble du cheptel laitier et porcin.


“On ne compte pas sur la MSA pour notre retraite”


Stéphane et Sylvie réfléchissent déjà à la transmission de leur exploitation. Une de leurs filles, diplômée d’une licence pro en management des entreprises agricoles, est encore en réflexion sur son avenir professionnel. Les exploitants souhaitent transmettre leur savoir-faire à un jeune “pourquoi ne pas embaucher un jeune et lui transmettre l’exploitation au fil du temps ?” dit l’exploitant. Il aime être en contact avec les jeunes. D’ailleurs, il coache les jeunes de l’équipe de foot du village.


Les éleveurs ont pour principe de ne pas laisser trop d’argent sur les comptes courants d’associés. Les terres en propriété seront une source de revenu pour les agriculteurs, ce qui limitera le montant de reprise de l’exploitation. Ils anticipent déjà la future situation financière de leur retraite. Les réflexions des investissements sont menées de façon à garder un outil fonctionnel durant leurs dernières années. Stéphane et Sylvie souhaitent transmettre une exploitation économiquement viable au futur repreneur. Ce qu’ils veulent : “c’est que le jeune se sente bien sur l’exploitation et qu’il puisse rembourser ses emprunts.”


Alexis Dion, Charles Gobé,
Corentin Houssais

CFP La Futaie



Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services