• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > En vallée de l’Authion, la querelle se ravive
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 06-07-2007

En vallée de l’Authion, la querelle se ravive

Le ton se durcit dans la vallée de l’Authion, entre l’association de protection de l’environnement Sauvegarde de l’Anjou et les irrigants de la FDSEA de Maine-et-Loire.?Au cœur de la discorde, la rocambolesque histoire de l’arrêté d’autorisation de pompage en Loire et Authion.?En août 2004, le préfet de l’époque signait un arrêté permettant à une soixantaine d’agriculteurs d’arroser leurs cultures en prélevant dans l’Authion, affluent situé au nord de la Loire entre Saumur et Angers.?Une station de pompage a été construite pour l’occasion pour la bagatelle de 17,4 millions d’euros (d’argent public).?En échange de cette autorisation, les irrigants s’engagent à ne plus prélever dans la nappe protégée du cénomanien.?
«?Pire que le précédent »
Mais l’arrêté, attaqué par trois associations, Sauvegarde de l’Anjou en tête, est annulé fin janvier 2007.?La station n’aura donc servi qu’une seule saison.?Tout le monde doit se remettre autour de la table pour bricoler un nouvel arrêté, provisoire, pour permettre à la poignée d’agriculteurs concernée d’irriguer leurs cultures cet été.?Mais voilà que la Sauvegarde de l’Anjou, attaque ce nouvel arrêté, considérant qu’il était « pire que le précédent ». L’audience avait lieu ce mercredi devant le tribunal administratif de Nantes.?En attendant, le syndicat majoritaire n’a pas manqué de se mobiliser.?Jeudi 28 juin dernier, quelque 150 militants se sont rassemblés à Beaufort-en-Vallée pour faire entendre leur voix, banderoles à l’appui (« écolos lâchez-nous la Crépine », etc.). Pour Emmanuel Lachaize, du syndicat Jeunes agriculteurs (JA), l’attitude de la Sauvegarde est « déplorable ». « On ne peut pas demander la concertation, l’obtenir malgré un calendrier serré et se déjuger sans même avoir la correction d’en avertir les acteurs avec qui on discute, sans même se préoccuper du sort réservé aux emplois » s’indigne Pascal Laizé, président de la commission environnement à la FDSEA.?Pour le syndicat, ce ne sont pas 60 agriculteurs qui sont concernés, mais 500. Dans cette vallée dont l’essentiel de l’économie tourne autour du végétal spécialisé, il n’y a pourtant bien qu’une soixantaine d’exploitations directement concernées, puisque les autres disposent d’autres sources d’approvisionnement.?
Décision le 10 juillet
La décision du tribunal administratif devrait être rendue le 10 juillet. « Si le juge suit l’association, je serai dans une totale incompréhension », se dit Marie-Pierre Martin, présidente de l’Entente interdépartementale pour l’aménagement du bassin de l’Authion (à l’origine de la station de pompage). « La provocation, chez les JA, nous l’abordons avec beaucoup de sang-froid, avertit Emmanuel Lachaize.?Si nous devons nous retrouver pour un rassemblement, ce ne sera pas en fin d’après-midi ! ».?
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services