• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Un fafeur doit savoir encore mieux fafer
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 15-06-2007

Un fafeur doit savoir encore mieux fafer

Alors que le prix du porc redescendait (1) une nouvelle fois lundi, au Cadran, après quelques semaines de reprise, les fafeurs (éleveurs fabricants d’aliments à la ferme) de la région, se réunissaient en assemblée sur le thème « L’alimentation et le TMP : comment améliorer ses résultats ? » Ô combien d’actualité. « C’est ce que l’on recherche, explique Florence Maupertuis, animatrice et technicienne d’Airfaf, l’association interrégionale.?L’an dernier, nous avions insisté sur la nouvelle réglementation. La prochaine fois, on abordera les risques de surinvestissement.?On essaie de coller à l’actualité. »
Conditions techniques sine qua non
Pour les éleveurs, la tâche se complique dès lors que les abattoirs resserrent le cœur de gamme. Ce qui implique d’être plus précis techniquement sur l’alimentation ; « on resserre les conditions » résume l’intervenant du jour, Didier Gaudré, de l’Ifip.
« Les abattoirs veulent quelque chose d’homogène : la preuve, ils pénalisent même les animaux maigres, c’est du jamais vu ! » Avec la nouvelle grille TMP (taux de muscle par pièces), l’incidence du dépôt des acides aminés dans les tissus musculaires devient la panacée : l’équilibre
des acides aminés devient « primordial ! » insiste Didier Gaudré. « Il faut respecter les apports de lysine. »
« Si l’aliment n’est pas suffisamment concentré en lysine, il incite le porc à manger plus, d’où un risque de surconsommation. » Les échanges entre techniciens vont alors bon train. Si le porc présente des capacités d’ingestion importante, il peut enrayer sa productivité. A titre d’exemple, un déséquilibre alimentaire en lysine peut se traduire par une hausse journalière en dépôt de gras de 6 % [pour 672 GMQ sur une base de 688, soit - 10 %].
Mais l’information la plus étonnante corroborée par les différents techniciens, quant à la prise d’alimentation, révèle les carences génétiques dont fait preuve la filière française pour ses animaux.


(1) Baisse de 0,007 euro du kilo pour se placer à 1,225 euro.
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services