• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Repousser la levée du privilège fiscal à dans 5 an
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 20-04-2007

Repousser la levée du privilège fiscal à dans 5 an

«Les bouilleurs ne sont pas habitués à voir autant de monde, comme cette année, à leur Congrès. » Samedi, à Saint-Berthevin, il n’y a pas eu de marée humaine (1), mais plutôt une vague d’élus et parlementaires de tous bords, débarqués en vue de multiples échéances. Et on peut allègrement supposer que les élections politiques aient davantage motivé leur déplacement que la réélection, pour trois ans à la tête du syndicat national des distillateurs, d’Alain Trohel, sur ses terres mayennaises. « Ils font des réunions le soir, pour la campagne de leur candidat, devant 10, 20, 30 personnes... On leur a fait comprendre que les récoltants [récoltants de fruits ou « bouilleurs de cru »], c’est un auditoire de 600 000 personnes en France. »
« Ils ne paieront pas de taxe pour quelque chose qu’ils ont toujours eu gratuitement »
Pour la moitié de ces personnes, les plus âgées, une autre échéance pointe son nez. La date des élections, présidentielles puis législatives, coïncide en effet assez bien avec le timing des négociations en cours. Celles-ci portent sur le privilège fiscal détenu par les bouilleurs de cru depuis des siècles : distiller leur récolte sans être taxés. Privilège qui devrait être levé dans les mois à venir.
En 2002, une détaxe de 60 % a été en effet accordée aux récoltants qui ne jouissaient pas de cet avantage fiscal : de 140 s, ils ne paieront plus que 73 e pour 20 litres à 50 degrés d’alcool. En contrepartie, la suppression du privilège des anciens est prévue sur 5 ans pour financer la détaxe des autres. Ils devront à leur tour payer 73 euros.
Pour les distillateurs, ce serait la mort du métier assurée. « La moitié de nos clients [les récoltants] ont plus de 70 ans. Ce sont pour la plupart d’anciens agriculteurs - ils n’ont donc pas de grosses retraites - qui ont un petit verger, voire quelques arbres. Alors, vous croyez qu’ils voudront payer aujourd’hui pour quelque chose qu’ils ont toujours eu gratuitement..? » Sans doute que non.
Le syndicat propose donc « de repousser la levée du privilège à dans 5 ans. D’ici là, les problèmes seront atténués. »
La loi, votée à l’époque pour lutter contre l’alcoolisme, et qui a supprimé le caractère transmissible de la non-imposition, date en effet de 1960. Les derniers à jouir de cette taxe zéro ont, pour les plus jeunes, minimum 73 ans.
(1) Au Congrès national, on pouvait toutefois compter le matin 200 à 230 délégués du syndicat des distillateurs, venus de toute la France, et environ 600 personnes pour les récoltants de fruits.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services