• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins viande > Rouge des prés : 20% des animaux partis à l'étranger
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

Retrouvez bientôt le blog de l'expert

Un expert répond à vos questions en direct !

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins viande - 16-09-2016 - Nathalie Barbe

Rouge des prés : 20% des animaux partis à l'étranger

Vente de reproducteurs

Acheteurs écossais, anglais, allemands, luxembourgeois et belges étaient au rendez-vous de la seconde vente aux enchères de reproducteurs Rouge des prés, organisée le 10 septembre par le Gaec Lhuissier Frères à Mont-Saint-Jean. Le bilan de la journée est positif.

Fidèles à la Rouge des prés, Mark Bell et Clive Houldey, deux fermiers écossais de Lockerbie et Craig Thompson, négociant anglais, sont venus assister à la vente aux enchères des 55 animaux présentés.

Fidèles à la Rouge des prés, Mark Bell et Clive Houldey, deux fermiers écossais de Lockerbie et Craig Thompson, négociant anglais, sont venus assister à la vente aux enchères des 55 animaux présentés.


Vingt pour cent des animaux partent directement à l’étranger” rapporte Didier Lhuissier. “C’est une vente inespérée, proche du miracle vu le contexte actuel.” Majordome, jeune mâle de quatre mois, a fait monter les enchères jusqu’à 2000 euros. Le match s’est joué entre la France et l’Angleterre dont le négociant, Craig Thompson, avait très tôt repéré l’animal. Finalement, c’est un élevage du Maine-et-Loire qui emportera la mise. Partie à 7 500 euros, la maman, Duchesse, est la plus forte enchère de cette journée qui réunissait quatre élevages régionaux. Elle rejoint un élevage de l’Orne qui souhaite repartir sur de bonnes bases génétiques.


Jean-Luc Kress, PDG de la société KBS Genetic et animateur de la vente voit une explication logique au succès de cette journée. “On trouve ici un type de Rouge des prés différent de celui qu’on voit sur les concours. Ce sont des animaux fonctionnels.” Pour Jacques Maignan, éleveur mayennais dont la vache Floralie a été vendue à 2 400 euros, c’est aussi la “belle présentation du catalogue et la capacité à mobiliser les acheteurs” qui est à saluer. Les rencontres entre éleveurs et négociants ont permis de nouer des contacts “à un moment où le malaise agricole fait douter du marché” commente un exposant.


Nathalie Barbe
Retrouvez l'intégralité de l'article dans notre édition datée du 16 septembre 2016.

Catégories : Viande

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services