• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > Autres eco-gestion > La Colaima et la Clamat
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres eco-gestion - 16-06-2006

La Colaima et la Clamat

A Sillé-Le-Guillaume (Sarthe), l’assemblée générale de l’Ucalm se jouait à huis clos. La fusion de la Colaima et de la Clamat est passée comme une lettre à la poste selon Didier Loiseau le président de l’Ucalm. « Notre projet a longuement été débattu lors des assemblées de section. Il fallait simplifier l’organisation pour accélérer les prises de décisions. Nous sommes sur un marché difficile où il faut être réactif. » L’Ucalm sera répartie en onze sections géographiques. En 2008, les producteurs seront représentés par 30 administrateurs au lieu de 48 actuellement. Cette restructuration n’est qu’une étape puisqu’à terme l’Ucalm devrait à son tour fusionner au sein de Sodiaal, qui regroupe à ce jour sept unions régionales : « Nos producteurs ont bien compris les enjeux et à quoi cela sert-il de siéger au sein d’un conseil d’administration au niveau local si on n’a pas de pouvoir » commente Didier Loiseau.
 
Sodiaal s’associe avec Orlait pour renforcer sa position
Le nouveau directeur général de Sodiaal, Claude Sendowski, est d’ailleurs venu à la rencontre des producteurs à Sillé-le-Guillaume. Sodiaal vit des moments difficiles. Son mix-produit est très dépendant du marché de lait de consommation : il représente 50 % de l’activité de Sodiaal, les produits industriels 20 %, le fromage 15 % et l’ultra frais 15 %. L’export ne représente que 20 % du marché. Sodiaal cherche à renforcer sa position sur le lait en s’associant notamment avec Orlait. Ainsi, Candia, filiale de Sodiaal, confiera à Orlait son activité lait de consommation commercialisée sous la marque des distributeurs ou sous l’appellation « premiers prix » dans les réseaux GMS et Hard Discount. Candia a pris la première année une participation de 10 % dans le capital d’Orlait. « La position de Candia évoluera dans le temps vers une position de majoritaire » souligne Claude Sendowski [prise de contrôle à 51 % d’ici 3 ans selon l’AFP].

Pour le beurre, Sodiaal, Entremont et Unicopa sont associés au sein d’une joint-venture appelée Beuralia. Pour la poudre de lait, le directeur général de Sodiaal estime que l’outil industriel est « de taille insuffisante » mais pour autant « aucune cessation ne serait à l’étude ». Claude Sendowski mise sur le développement à l’international pour pouvoir redonner de l’air à la coopérative. 

La restructuration devrait aussi s’accompagner d’un plan social mais personne ne semble vouloir donner plus d’informations sur le sujet. Le dossier doit suivre un processus social. Un plan stratégique devrait être présenté en septembre. Tout ce plan doit être financé par le fonds coopératif de restructuration financé par les producteurs à travers une baisse du prix du lait de 1,77 euros du 1 000 litres sur une base annuelle, ce qui revient à une baisse de 2,36 euros pour le mois d’avril.
Signaler un abus

Catégories : Production laitière

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services