• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Gérard Bourcier, est président du comité
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 04-12-2015

Gérard Bourcier, est président du comité

Gérard Bourcier, est président du comité régional porcin des Pays de la Loire, producteur en Maine-et-Loire. “Le MPB n’a jamais évolué qu’à la marge. Mais le marché est devenu européen” Les cotations au marché au cadran de Plérin ont repris la semaine dernière. Est-ce encourageant ? Les entreprises sont revenues. Elles n’ont fait que demander à revoir des éléments techniques : les invendus au premier tour, la suppression du prix de retrait des acheteurs, etc. Cela peut dynamiser les ventes… Mais cela reste à la marge. Le MPB a quarante ans et son fonctionnement n’a jamais évolué qu’à la marge. Il y a bien eu des ajustements sur le poids des cochons, des modifications de la grille de prix, des actions sur le classement des carcasses… Mais c’est toujours resté technique, alors que le marché, lui, a fortement évolué. Comment perdurer uniquement en s’ajustant sur le prix allemand ? Que regrettez-vous en particulier ? La question est surtout de savoir quelle adaptation on doit apporter au marché français. Le marché est devenu européen. Et demain, il y aura les Etats-Unis ? (qui n’ont pas les mêmes modes de production !) Dans cette compétitivité mondialisée, la France est mal placée. Or, le MPB n’apporte toujours pas de solutions. Quand on a réclamé 1,40 euro, c’est la première fois que s’imposait aux entreprises un prix proposé par la production. C’était pour couvrir les coûts de production en urgence, boucher les trous des trésoreries. Dans un premier temps, les entreprises sont restées polies, avant de revenir sur leur position. Elles voulaient seulement ramener le prix pour couvrir les charges de l’aval. Mais là, on est dans le dur. Un élevage moyen a 8 000 euros de pertes par mois. Si ça continue, la production va encore reculer alors qu’au niveau européen, elle va augmenter de 3 %. Que proposez-vous ? Il y a clairement deux moyens : un prix du porc en lien avec les coûts de production et un abaissement des coûts de production. En Pays-de-la-Loire, on doit mettre tous les moyens en œuvre pour asseoir la production : le lien au sol est aujourd’hui un levier indiscutable.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services