• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Yoann Vigner, représentant du SNETAP - FSU,
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 27-11-2015

Yoann Vigner, représentant du SNETAP - FSU,

Yoann Vigner, représentant du SNETAP - FSU, revient sur la journée de mobilisation mardi de l'Intersyndicale des personnels de l'enseignement agricole public, qui se bat depuis des mois pour obtenir davantage de moyens humains et financiers. Christian Evon Une délégation de l'Intersyndicale de 20 personnes représentant sept lycées a rencontré mardi à Nantes Claudine Le Bon (directrice Draaf) et le chef du SRFD (1), Philippe Nenon. La problématique est celle de moyens alloués à l'enseignement agricole public dans un contexte budgétaire contraint”, explique Yoann Vigner. “Nous n'avons pas les moyens d'accueillir tous les élèves. L'an dernier, environ 150 jeunes ont été refusés à l'entrée de la filière professionnelle dans la région. Au regard des dotations de personnels, nous ne pouvons plus accueillir de nouveaux élèves : il nous manque 10 000 heures et nous sommes toujours au stade des négociations pour y remédier.” “L'enseignement agricole privé peut ouvrir des classes, pas nous, alors que les besoins sont là : il y a là une différence flagrante de traitement.” “Il y a depuis des années un regain d'intérêt pour les filières agricoles qui n'a pas du tout été pris en compte”. Le plus grave, c'est que ces élèves refusés fragilisent les établissements dans leurs finances. “Des lycées publics doivent prendre à leur charge des postes d'assistants d'éducation (surveillants), alors que c'est à l'Etat de le faire. Pour le lycée de Laval par exemple, c'est un manque à gagner de 30 000 €”. Le manque de postes se fait aussi sentir pour les services administratifs. Sur la dimension pédagogique cette fois, le bac pro en trois ans est toujours en souffrance et peine à accueillir les nombreux jeunes sortis du système scolaire sans diplôme. “Les moyens dévolus aux jeunes en difficultés ont diminué de 25 % à la dernière rentrée, qui s'ajoute aux - 20 % de l'année d'avant. La situation est intenable.” “Mercredi, une délégation représentant cinq lycées ligériens sera reçue par le cabinet du ministre de l'Agriculture. Elle sera accompagnée par Sylvie Eslan, la vice-présidente du conseil régional en charge de l'éducation. Les jeunes y croient de nouveau, la filière agricole est soi-disant prioritaire mais les problèmes demeurent.” “On veut maintenant des engagements fermes. Sans réponse positive, on interpellera les parents d'élèves”. “Nous dénonçons le manque de moyens pour l'enseignement agricole public”

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services