• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > Social > “4 187 €, c'est se moquer des agriculteurs”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Social - 13-11-2015

“4 187 €, c'est se moquer des agriculteurs”

Plan de soutien

Nous regrettons que l'accès aux aides Fac soit le ticket d'entrée des autres aides (MSA, année blanche, exonération de la taxe sur le foncier)” a plaidé Jean-Loïc Landrein, président de la chambre d'agriculture de la Sarthe devant le préfet de Région Henri-Michel Comet (lors de la session régionale vendredi). “On met des critères parce qu'il n'y a pas d'enveloppe en face” déplore de son côté Philippe Jehan, président de la FDSEA 53. Le syndicat se trouve contraint de participer à ce “système d'exclusion”.

Effet d'annonce

“Même en ayant été restrictifs sur les critères, la capacité à intervenir sera modeste. Les demandes sont quatre fois supérieures à l'enveloppe disponible”, selon le Jean-Loïc Landrein. Quant au critère de revenu de 4 184 euros pour le calcul des cotisations MSA sur l'assiette N-1, “c'est se moquer des agriculteurs”. L'année blanche peine à se mettre en place. “A l'origine, on avait compris qu'elle s'adressait à un nombre plus important de personnes. On est à côté de l'objectif recherché.” Philippe Jehan reconnaît qu'il n'est “pas illogique” que les banques tiquent quand elles découvrent des dettes aux fournisseurs plus élevées que les reports d'annuités sur lesquels elles pourraient s'engager... Mais cela traduit une certaine impuissance à appliquer cet outil. “On est encore dans l'effet d'annonce”, commentait Jean-Loïc Landrein.

En résumé, “les critères d’application choisis par les pouvoirs publics réduisent à néant l’impact positif qu’auraient dû avoir certaines d’entre elles” indiquent les FRSEA Bretagne, Pays-de-la-Loire et Basse-Normandie et les JA Bretagne. Elles exigent que l’Etat verse une aide financière complémentaire et d’un montant au moins égal à celui de l’aide européenne de 62,9 millions d’euros.

“Il y aura une marge supplémentaire. Je me bats pour savoir combien” a répondu Henri-Michel Comet. Sur la région, environ 5 000 dossiers sont en cours d'instruction, a-t-il assuré.

Malgré ces difficultés d'application, le ministère rappelle l'ensemble des mesures prises par ce plan de soutien, dans un communiqué du 10 novembre. “C’était un engagement du gouvernement, il est tenu. D’ici la fin d’année, près de 180 millions d'euros de baisses de cotisations sociales allégeront les trésoreries des agriculteurs, en particulier des éleveurs en grande difficulté, conformément aux annonces du Premier ministre le 3 septembre dernier” s’est félicité Stéphane Le Foll.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services