• Suivez-nous :

accueil
Cultures > Grandes cultures > Le pois d'hiver, une opportunité
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Grandes cultures - 23-10-2015

Le pois d'hiver, une opportunité

PROTEAGINEUX ////Les pois d'hiver ont la même valeur nutritionnelle que les pois de printemps. Le choix est plutôt d'ordre agronomique : ne pas craindre les chaleurs de juin, et récolter avant les blés et les colzas.

Le pois d'hiver a l'avantage de faire coïncider la période de formation et de remplissage des graines dans des fenêtres climatiques propices. Généralement, le remplissage s'effectue sur la période avril-mai, avant les coups de chaud éventuels de début d'été. Ces deux dernières années en sont l'illustration avec des pointes de chaleur dès le mois de juin. La culture de pois d'hiver s'adapte bien dans les sols à réserve en eau limitée. Elle peut également pleinement valoriser les sols moyennement profonds. Par ailleurs, les dernières variétés inscrites combinent à la fois une résistance au froid équivalente à celle de la variété Isard, avec une tenue de tige et un potentiel de rendement supérieur à ce dernier.

Eviter les sols trop calcaires

Un taux trop élevé de calcaire peut conduire à une chlorose ferrique qui s'exprime en fin d'automne ou au printemps par un jaunissement des feuilles supérieures. Le rendement peut s'en trouver pénaliser. L'alternative dans un sol riche en calcaire consiste à choisir les variétés résistantes à la chlorose ferrique. Autre point de vigilance, le risque maladies, en particulier Aphanomyces. Afin de le limiter, il convient de respecter un délai de retour d'au moins cinq ans entre deux pois (hiver et printemps) sur une même parcelle. Toutefois, si intégrer un autre protéagineux dans votre rotation fait partie de vos objectifs, mieux vaut privilégier une autre espèce qui ne multiplie pas le champignon : féverole ou lupin.

Choisir la variété

Outre le potentiel de rendement, les critères à prendre en compte dans le choix variétal sont la tenue de la tige (résistance à la verse), la résistance au froid et la précocité. Le risque de verse est lié à une densité de semis trop importante, à une forte pression de l’ascochytose sur tige, à une variété sensible et aux conditions climatiques durant la récolte. Dans les secteurs soumis à des froids prolongés, Terres Inovia conseille de choisir des variétés résistantes (note supérieure à 6.5). Quant à la précocité, lorsqu’on est dans des sols à faible réserve hydrique, choisir des variétés précoces limite l’impact des coups de chauds et de stress hydrique durant le remplissage.

Les deux nouveautés de l’année, Fresnel et Dexter, semblent avoir un bon comportement dans les essais post-inscription. Ces deux variétés à grains jaunes ont une bonne tenue de tige (la hauteur à la récolte est respectivement de 59 cm et de 54 cm) et sont précoces à début floraison. Dexter a un poids de mille grains (PMG) de 188 g alors que Fresnel se démarque par un PMG élevé de 239 g. Sur le secteur, les valeurs sûres en graines jaunes sont Curling, Gangster et Indiana (excepté dans les zones à fort risque de gel). Les variétés à confirmer sont Balltrap, Casper et les nouvelles Fresnel et Dexter. En grains verts, Avrion reste la variété phare.

Optimiser le semis

Dans l'Ouest, la période optimale de semis s'étend du 5 au 20 novembre. Les doses de semis, de 125 à 180 kg/ha, sont à réfléchir en fonction de la densité souhaitée, du type de sol et du PMG (voir tableau). Les traitements de semences à activité fongicide, Prélude 20 FS, Vitavax 200 FF et Wakil XL présentent une bonne efficacité contre le mildiou, les fontes de semis et l'ascochytose (voir tableau).

Le pois d'hiver a l'avantage de faire coïncider la période de formation et de remplissage des graines dans des fenêtres climatiques propices. Généralement, le remplissage s'effectue sur la période avril-mai, avant les coups de chaud éventuels de début d'été. Ces deux dernières années en sont l'illustration avec des pointes de chaleur dès le mois de juin.

La culture de pois d'hiver s'adapte bien dans les sols à réserve en eau limitée. Elle peut également pleinement valoriser les sols moyennement profonds.

Par ailleurs, les dernières variétés inscrites combinent à la fois une résistance au froid équivalente à celle de la variété Isard, avec une tenue de tige et un potentiel de rendement supérieur à ce dernier.

Eviter les sols trop calcaires

Un taux trop élevé de calcaire peut conduire à une chlorose ferrique qui s'exprime en fin d'automne ou au printemps par un jaunissement des feuilles supérieures. Le rendement peut s'en trouver pénaliser. L'alternative dans un sol riche en calcaire consiste à choisir les variétés résistantes à la chlorose ferrique. Autre point de vigilance, le risque maladies, en particulier Aphanomyces. Afin de le limiter, il convient de respecter un délai de retour d'au moins cinq ans entre deux pois (hiver et printemps) sur une même parcelle. Toutefois, si intégrer un autre protéagineux dans votre rotation fait partie de vos objectifs, mieux vaut privilégier une autre espèce qui ne multiplie pas le champignon : féverole ou lupin.

Choisir la variété

Outre le potentiel de rendement, les critères à prendre en compte dans le choix variétal sont la tenue de la tige (résistance à la verse), la résistance au froid et la précocité. Le risque de verse est lié à une densité de semis trop importante, à une forte pression de l’ascochytose sur tige, à une variété sensible et aux conditions climatiques durant la récolte. Dans les secteurs soumis à des froids prolongés, Terres Inovia conseille de choisir des variétés résistantes (note supérieure à 6.5). Quant à la précocité, lorsqu’on est dans des sols à faible réserve hydrique, choisir des variétés précoces limite l’impact des coups de chauds et de stress hydrique durant le remplissage.

Les deux nouveautés de l’année, Fresnel et Dexter, semblent avoir un bon comportement dans les essais post-inscription. Ces deux variétés à grains jaunes ont une bonne tenue de tige (la hauteur à la récolte est respectivement de 59 cm et de 54 cm) et sont précoces à début floraison. Dexter a un poids de mille grains (PMG) de 188 g alors que Fresnel se démarque par un PMG élevé de 239 g. Sur le secteur, les valeurs sûres en graines jaunes sont Curling, Gangster et Indiana (excepté dans les zones à fort risque de gel). Les variétés à confirmer sont Balltrap, Casper et les nouvelles Fresnel et Dexter. En grains verts, Avrion reste la variété phare.

Optimiser le semis

Dans l'Ouest, la période optimale de semis s'étend du 5 au 20 novembre. Les doses de semis, de 125 à 180 kg/ha, sont à réfléchir en fonction de la densité souhaitée, du type de sol et du PMG (voir tableau). Les traitements de semences à activité fongicide, Prélude 20 FS, Vitavax 200 FF et Wakil XL présentent une bonne efficacité contre le mildiou, les fontes de semis et l'ascochytose (voir tableau).

Le pois d'hiver a l'avantage de faire coïncider la période de formation et de remplissage des graines dans des fenêtres climatiques propices. Généralement, le remplissage s'effectue sur la période avril-mai, avant les coups de chaud éventuels de début d'été. Ces deux dernières années en sont l'illustration avec des pointes de chaleur dès le mois de juin.

La culture de pois d'hiver s'adapte bien dans les sols à réserve en eau limitée. Elle peut également pleinement valoriser les sols moyennement profonds.

Par ailleurs, les dernières variétés inscrites combinent à la fois une résistance au froid équivalente à celle de la variété Isard, avec une tenue de tige et un potentiel de rendement supérieur à ce dernier.

Eviter les sols trop calcaires

Un taux trop élevé de calcaire peut conduire à une chlorose ferrique qui s'exprime en fin d'automne ou au printemps par un jaunissement des feuilles supérieures. Le rendement peut s'en trouver pénaliser. L'alternative dans un sol riche en calcaire consiste à choisir les variétés résistantes à la chlorose ferrique. Autre point de vigilance, le risque maladies, en particulier Aphanomyces. Afin de le limiter, il convient de respecter un délai de retour d'au moins cinq ans entre deux pois (hiver et printemps) sur une même parcelle. Toutefois, si intégrer un autre protéagineux dans votre rotation fait partie de vos objectifs, mieux vaut privilégier une autre espèce qui ne multiplie pas le champignon : féverole ou lupin.

Choisir la variété

Outre le potentiel de rendement, les critères à prendre en compte dans le choix variétal sont la tenue de la tige (résistance à la verse), la résistance au froid et la précocité. Le risque de verse est lié à une densité de semis trop importante, à une forte pression de l’ascochytose sur tige, à une variété sensible et aux conditions climatiques durant la récolte. Dans les secteurs soumis à des froids prolongés, Terres Inovia conseille de choisir des variétés résistantes (note supérieure à 6.5). Quant à la précocité, lorsqu’on est dans des sols à faible réserve hydrique, choisir des variétés précoces limite l’impact des coups de chauds et de stress hydrique durant le remplissage.

Les deux nouveautés de l’année, Fresnel et Dexter, semblent avoir un bon comportement dans les essais post-inscription. Ces deux variétés à grains jaunes ont une bonne tenue de tige (la hauteur à la récolte est respectivement de 59 cm et de 54 cm) et sont précoces à début floraison. Dexter a un poids de mille grains (PMG) de 188 g alors que Fresnel se démarque par un PMG élevé de 239 g. Sur le secteur, les valeurs sûres en graines jaunes sont Curling, Gangster et Indiana (excepté dans les zones à fort risque de gel). Les variétés à confirmer sont Balltrap, Casper et les nouvelles Fresnel et Dexter. En grains verts, Avrion reste la variété phare.

Optimiser le semis

Dans l'Ouest, la période optimale de semis s'étend du 5 au 20 novembre. Les doses de semis, de 125 à 180 kg/ha, sont à réfléchir en fonction de la densité souhaitée, du type de sol et du PMG (voir tableau). Les traitements de semences à activité fongicide, Prélude 20 FS, Vitavax 200 FF et Wakil XL présentent une bonne efficacité contre le mildiou, les fontes de semis et l'ascochytose (voir tableau).

Le pois d'hiver a l'avantage de faire coïncider la période de formation et de remplissage des graines dans des fenêtres climatiques propices. Généralement, le remplissage s'effectue sur la période avril-mai, avant les coups de chaud éventuels de début d'été. Ces deux dernières années en sont l'illustration avec des pointes de chaleur dès le mois de juin.

La culture de pois d'hiver s'adapte bien dans les sols à réserve en eau limitée. Elle peut également pleinement valoriser les sols moyennement profonds.

Par ailleurs, les dernières variétés inscrites combinent à la fois une résistance au froid équivalente à celle de la variété Isard, avec une tenue de tige et un potentiel de rendement supérieur à ce dernier.

Eviter les sols trop calcaires

Un taux trop élevé de calcaire peut conduire à une chlorose ferrique qui s'exprime en fin d'automne ou au printemps par un jaunissement des feuilles supérieures. Le rendement peut s'en trouver pénaliser. L'alternative dans un sol riche en calcaire consiste à choisir les variétés résistantes à la chlorose ferrique. Autre point de vigilance, le risque maladies, en particulier Aphanomyces. Afin de le limiter, il convient de respecter un délai de retour d'au moins cinq ans entre deux pois (hiver et printemps) sur une même parcelle. Toutefois, si intégrer un autre protéagineux dans votre rotation fait partie de vos objectifs, mieux vaut privilégier une autre espèce qui ne multiplie pas le champignon : féverole ou lupin.

Choisir la variété

Outre le potentiel de rendement, les critères à prendre en compte dans le choix variétal sont la tenue de la tige (résistance à la verse), la résistance au froid et la précocité. Le risque de verse est lié à une densité de semis trop importante, à une forte pression de l’ascochytose sur tige, à une variété sensible et aux conditions climatiques durant la récolte. Dans les secteurs soumis à des froids prolongés, Terres Inovia conseille de choisir des variétés résistantes (note supérieure à 6.5). Quant à la précocité, lorsqu’on est dans des sols à faible réserve hydrique, choisir des variétés précoces limite l’impact des coups de chauds et de stress hydrique durant le remplissage.

Les deux nouveautés de l’année, Fresnel et Dexter, semblent avoir un bon comportement dans les essais post-inscription. Ces deux variétés à grains jaunes ont une bonne tenue de tige (la hauteur à la récolte est respectivement de 59 cm et de 54 cm) et sont précoces à début floraison. Dexter a un poids de mille grains (PMG) de 188 g alors que Fresnel se démarque par un PMG élevé de 239 g. Sur le secteur, les valeurs sûres en graines jaunes sont Curling, Gangster et Indiana (excepté dans les zones à fort risque de gel). Les variétés à confirmer sont Balltrap, Casper et les nouvelles Fresnel et Dexter. En grains verts, Avrion reste la variété phare.

Optimiser le semis

Dans l'Ouest, la période optimale de semis s'étend du 5 au 20 novembre. Les doses de semis, de 125 à 180 kg/ha, sont à réfléchir en fonction de la densité souhaitée, du type de sol et du PMG (voir tableau). Les traitements de semences à activité fongicide, Prélude 20 FS, Vitavax 200 FF et Wakil XL présentent une bonne efficacité contre le mildiou, les fontes de semis et l'ascochytose (voir tableau).

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services