• Suivez-nous :

accueil
Sarthe > La déchéance DJA annulée par le ministre
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Sarthe - 31-07-2015 - Nathalie Barbe

La déchéance DJA annulée par le ministre

SARTHE

Béatrice Jacqueline est soulagée : “Je vais pouvoir envisager l’avenir de manière plus créative.”

Béatrice Jacqueline est soulagée : “Je vais pouvoir envisager l’avenir de manière plus créative.”


Béatrice Jacqueline peut enfin croire aux miracles. Cette jeune agricultrice sarthoise, dont nous évoquions l’histoire dans notre édition du 19  juin avait été déchue de ses droits DJA en mai  2015. La raison ? Elle n’avait pas effectué le suivi technique obligatoire sur les trois premières années de son installation et devait donc restituer 17 000  euros de dotation. 


Après avoir épuisé tous les recours gracieux, l’éleveuse caprine avait jusqu’au 22  juillet pour saisir le tribunal administratif de Nantes et faire appel de la décision. Mais deux jours avant la date fatidique, tout s’est emballé. “J’ai reçu plusieurs coups de fil. Je devais écrire au plus vite une lettre au ministre de l’Agriculture. Et la députée Françoise Dubois (PS), qui s’est investie sur ce dossier, m’a appris par téléphone que ma déchéance venait d’être annulée par Stéphane Le Foll.” 


Un courrier officiel daté du 22 juillet précise que l’exploitation, “reposant sur un profil de diversification atypique demandait un accompagnement particulier que les organismes de conseil, en particulier la chambre d’Agriculture, n’étaient pas en capacité de fournir”. “Je suis très heureuse. Je vais pouvoir envisager l’avenir de manière plus créative” se réjouit Béatrice Jacqueline qui fêtera cette bonne nouvelle avec tous ses soutiens. 


L’exploitante a par ailleurs été contactée il y a une dizaine de jours par une journaliste du Canard enchaîné. Cette dernière a tenté également de joindre la préfète de la Sarthe qui avait signé cette déchéance et rejeté la demande de recours gracieux. Magie du coup de fil ? Coïncidence ? “Peu importe ce qui a joué en ma faveur. L’important, c’est que cette histoire se termine bien.” Un joli dénouement qui se conclut par un “Couac” dans l’édition du 29  juillet du Canard Enchaîné


Nathalie Barbe



Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services