• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Mettre en place le don des invendus à l’alimentation animale ne se fera pas du jour au lendemain
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 31-07-2015

Mettre en place le don des invendus à l’alimentation animale ne se fera pas du jour au lendemain

GASPILLAGE ALIMENTAIRE


La loi de Transition énergétique a été définitivement votée à l'Assemblée nationale le 22  juillet. Elle comprend l'amendement déposé entre autres par le député mayennais Guillaume Garot. Destiné à limiter le gaspillage alimentaire, il est le fruit du rapport qu'il a rendu en avril dernier à Manuel Valls, Stéphane Le Foll et Ségolène Royale. “Cet amendement pose l’obligation pour les grandes surfaces de prendre part à la lutte contre le gaspillage alimentaire : la nourriture ne peut plus être jetée ou détruite, empêchant toute valorisation”, est-il écrit en exposé du texte. Pour Guillaume Garot, “il hiérarchise les actions de lutte à mener pour éviter le gaspillage”. L'alimentation animale est concernée puisqu’elle arrive en troisième position après la prévention du gaspillage et le don des invendus à des associations. Les GMS auront l’obligation de “passer des conventions, validées par l’Etat” auprès des associations, annonce l’ancien ministre délégué à l'Agroalimentaire. Si certaines existent déjà sur le terrain, il reconnaît qu’il faudra “se mettre autour d’une table” pour en écrire la trame d’une plus générale.

La reconnaissance d’un statut


Concernant l’alimentation animale, “c’est le marché qui établira la valeur de ces produits”, estime-t-il. Si Alain Guillaume, président du Snia (syndicat national de l’industrie de l’alimentation animale) trouve cet amendement “fort utile”, il réclame cependant un véritable statut pour ces invendus. “Ils ne doivent pas sortir par la petite porte.” Tout comme dans certains élevages, les coproduits (drêches de brasserie, chips, céréales de petits-déjeuners, etc.) sont utilisés de manière informelle en fonction des opportunités, “la tentation pourrait être grande” de développer un marché parallèle. Or, comme le précise Stéphane Radet, directeur du Snia, il y a trois clefs d'entrée pour des produits en alimentation animale : la sécurité au travers des normes, la disponibilité avec une régularité de l'approvisionnement et la compétitivité. Des clefs d’entrées qui doivent être respectées quoi qu’il arrive et qui font que tous les invendus ne pourront pas convenir. Dans la pratique, il existe déjà des intermédiaires qui valorisent les coproduits et les écarts de production agro-alimentaires (biscuits, confitures, sirops, pop-corn, etc.).


Hygiène et traçabilité


Dans le cas des invendus des GMS, les industriels de l'alimentation animale ne pourront pas utiliser directement ces derniers. Un intermédiaire sera nécessaire pour leur collecte, leur désemballage, voire leur transformation, avant de les revendre. Le produit obtenu doit rester suffisamment compétitif par rapport à d'autres composants plus traditionnels de l’alimentation animale pour être achetés par les industriels. Son approvisionnement doit être suffisamment régulier et il doit conserver une traçabilité (étiquetage). Alain Guillaume revendique donc, dans ce sens, le respect de la réglementation européenne au niveau de la traçabilité et de l’hygiène. Il ne s'agit pas de considérer ces invendus “comme un déchet”, précise Stéphane Radet qui rappelle les contraintes réglementaires très strictes qui entourent la production d’aliments du bétail.

Guillaume Garot, tout comme Alain Guillaume, reconnaissait qu’il reste finalement “tout un travail à accomplir”. Les GMS ont jusqu’au 1er juillet 2016 pour mettre en place des conventions avec des associations. Il n’y a pas de date butoir concernant l’alimentation animale.




Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services