• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Porc > Intermarché avance sur la contractualisation en porc
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Porc - 31-07-2015

Intermarché avance sur la contractualisation en porc

CONTRAT


En marge de la présentation, mardi 21 juillet, des travaux d’agrandissement de l’abattoir Josselin Porc abattage (Morbihan) pour 20 millions d’euros, Agromousquetaires (Intermarché) a confirmé son intérêt pour la contractualisation avec ses 1 200 éleveurs fournisseurs (trois groupements). “Pour que la filière soit pérenne, pour que les éleveurs puissent régulièrement investir dans leurs bâtiments d’élevage et soient suivis par leur banque, il leur faut de la visibilité en termes de prix au travers d’un contrat sur plusieurs années”, a expliqué à la presse Yves Audo, président de Josselin Porc abattage. L’entreprise y travaille depuis plusieurs mois, a-t-il précisé, tentant de définir les indicateurs de coût de revient qui permettront aux deux parties d’y trouver leur compte. Il n’avance aucune date quant à la présentation de ce contrat encore jamais mis en place dans une filière porcine dont les cours des animaux vivants sont fixés deux fois par semaine au marché du porc breton de Plérin. Mais les éleveurs rassemblés de façon symbolique dans l’association Louis d’Armel sont prévenus.

Pour Guillaume Roué, président de Prestor, un des trois groupements fournisseurs, et de l’interprofession Inaporc, la contractualisation, et plus largement les assurances et les contrats à terme doivent être discutés. “Alors que les prix de vente ne couvrent plus les charges, inventer des mécanismes de couverture sécurisera les éleveurs en complément du marché physique qui continuera de fonctionner. Le contrat, ce n’est pas une privation de liberté.”
Signaler un abus

Catégories : Porcs

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services