• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > FMB Grand Ouest voit plus grand
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 03-07-2015

FMB Grand Ouest voit plus grand

organisation de producteurs

L’OP France Milkboard Grand-Ouest (FMB GO) a vu ses effectifs augmenter cette année [lire ci-dessus], ainsi que son périmètre : en janvier, son agrément s’est étendu aux producteurs de la région Centre jusqu’à la Nièvre (Bourgogne). “On voudrait créer une AOP avec les deux autres FMB (Normandie et Sud-Ouest) en octobre”,
précise le président, Denis
Jehannin.

“Oui, les contrats doivent être cessibles”

FMB GO a tenu son assemblée générale mardi, à Cuillé, dans le sud Mayenne. L’organisation de producteurs transversale (inter-entreprises) a voulu y aborder la cessibilité des contrats. “Les contrats doivent être cessibles, affirme Me Julien Dervillers, spécialiste du droit du commerce. C’est le support de la valeur de votre exploitation.” Dans la salle, les 80 éleveurs présents tendent l’oreille.

Dans le contrat FMB Bongrain, “les contrats sont cessibles, c’est écrit noir sur blanc. Et ils ne sont pas exclusifs : c’est possible d’avoir deux contrats, deux acheteurs (deux tanks). En l’état, il n’est prévu qu’ils soient divisibles”, détaille Rémi Lescene, représentant de Savencia (ex Bongrain).

“Attention, il y a plusieurs types de cessibilité”, note Christophe Barayre, représentant le groupe Lactalis. Il précise que les conditions de reprise seront soumises aux règles édictées avec chaque OP. Ainsi, ne reprendre qu’une partie des contrats “n’est pas possible” si l’incessibilité est inscrite dans le contrat. Les discussions entre FMB et le groupe se poursuivent ; la moitié des adhérents y livrent leur lait.

Sans indication de prix, ni informations de marchés transmises par la laiterie, un contrat ne sert pas à grand-chose, commentent tour à tour plusieurs éleveurs. Applaudissant cette sortie de Robert Deville, l’un des deux médiateurs présents estime : “Il serait légitime que ceux qui vendent fassent les factures.”

Le débat sur la cessibilité ou les volumes est loin d’être clos. Comme lieu d’échanges, Denis Jehannin estime que “les conférences de bassin, encore en place, ne sont sans doute pas suffisamment utilisées”.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services