• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Le hors sol est équipé, la vigilance de l'éleveur complète
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 03-07-2015

Le hors sol est équipé, la vigilance de l'éleveur complète

Conseils //// En porc comme en volailles, la canicule peut être fatale. Les bâtiments sont le plus souvent équipés pour rafraîchir l'ambiance. Mais l'éleveur peut aussi agir pour limiter les risques.

En volailles, c'est principalement le poulet standard qui peut être touché par les coups de chaud. Le canard et la dinde supportent mieux. Les éleveurs sont parés pour faire face à la chaleur. Aujourd'hui, la brumisation est devenue la norme dans les bâtiments, et beaucoup sont équipés de systèmes de ventilation dynamique. “Quand les poulets ont entre 28 et 34 jours, et en particulier pour les bâtiments sans brumisateurs, on conseille de laisser les poulets à jeun entre 10h le matin et 20-21h le soir” explique Jean-Michel Griveau, responsable du groupement AviCam. “Ainsi, ils dégagent moins de chaleur provoquée par la digestion”. Par ailleurs, les abattoirs anticipent. Cette semaine, ils ont prévu des détassages sur les lots à risque. Après les coups de chaleur, on peut intégrer des préparations à l'eau de boisson pour aider les poulets à récupérer. En élevage porcin, le premier conseil est de bien contrôler les abreuvoirs. “C'est valable tous les jours, mais la vigilance doit être accrue en cas de canicule” rappelle Simon Fourré, technico-commercial à la Cooperl. Les bâtiments sont équipés de ventilateurs, et surtout d'alarme. “En cas d'accident, de panne d'électricité, l'alarme déclenche des verrins pneumatiques qui ouvrent toutes les fenêtres” décrit-il. Une sonnerie extérieure peut retentir, et le plus souvent, l'alarme prévient les exploitants sur leur téléphone portable. Ces sécurités sont primordiales car “on peut perdre toute une salle par étouffement”. C'est également une exigence vis-à-vis des assurances (il est d'ailleurs bon de vérifier ce qu'elles assurent bien les risques d'étouffement). Tous les quais d'embarquement possèdent un jet d'eau. Comme les porcs y sont plus tassés que dans les salles, l'eau permet d'abaisser la température et d'éviter qu'ils se battent. La coopérative bretonne a envoyé en début de semaine un protocole de conseils à suivre à tous ses techniciens, afin qu'ils le relaient auprès de leurs adhérents. Il reprend les conseils de vigilance sur les bâtiments (s'assurer du bon fonctionnement de l'alarme, des trappes, des abreuvoirs, de la ventilation). Simon Fourré invite les producteurs à vérifier les consignes sur les boitiers de ventilateurs, s'assurer qu'ils sont bien réglés. Une évidence, mais qui est nécessaire dans des périodes comme celle-là. Le protocole propose d'arroser les animaux si nécessaire (brumisation) en manuel ou avec le système de trempage ; de purger matin et soir les canalisations d’eau et les descentes dans les postes d’élevage à faible consommation (PS, nurserie) ; de distribuer un repas d’eau dans la journée aux animaux nourris en soupe et décaler les repas si nécessaire ; de favoriser l’hydratation des animaux ; d'humidifier les entrées d’air (brumisateur). “En engraissement : possibilité de distribuer Pyroxyl dans l’eau ou la soupe matin et soir pendant 3 jours” poursuit le protocole.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services