• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Porc > Des contrats en porc ? Pas de quoi être aux pièces
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Porc - 22-05-2015 - Frédéric Gérard

Des contrats en porc ? Pas de quoi être aux pièces

Organisation de marchés

Un prix en fonction des ventes de pièces ? Trop compliqué ! Contre-nature… En France, l’idée ne fait pas son chemin. Les Américains, eux, sont parvenus à le mettre en place.

Comment les Etats-Unis sont-ils parvenus à mettre en place un système de transparence du prix des pièces ? Par une loi.

Comment les Etats-Unis sont-ils parvenus à mettre en place un système de transparence du prix des pièces ? Par une loi.


En France, la filière porcine n’est pas coutumière du fait. Mais pourquoi parler de contrats à livraison différée à une filière qui fonctionne avec des réflexes vieux de quarante ans basés sur des opportunités ? Pour la FRSEA des Pays-de-la-Loire, le contrat est l’une des seules issues au déclin de la production nationale. Mais pour définir quoi mettre dans le contrat, ce n’est pas simple. Car tout le monde n’entend pas la même chose quand on parle de contrats.

Anticiper les marchés de détails


Trois exemples seulement ont vu le jour en France [lire bas de page 3]. Parmi ceux-ci, le contrat à livraison différé imaginé par le groupement Syproporcs n’a pas séduit grand monde, à l’exception de l’abattoir de Kermené. “Ce n’est pas étonnant, commente Daniel Bellec, le directeur du groupement. Aujourd’hui, les industriels ne sont pas confrontés directement à la violence des marchés [comme les éleveurs]. De plus, passer le prix de vente entre leurs mains, c’est les placer en décalage. Ils doivent fixer un prix de carcasse, mais ne sont pas capables de revendre des pièces en substitution au prix de marché, quatre mois plus tard.”Du fait, entre autres, de cette problématique, le contrat entre les deux partenaires reste d’ailleurs d’ordre “expérimental”.

Si l’on se réfère à certains acteurs du marché, pour établir un contrat, il faut déterminer un prix de revient, savoir indexer le prix établi sur une durée plus ou moins longue aux marchés des céréales, mondiaux, définir un prix de carcasse à l’avance…


Cet aspect est sans doute le plus technique, d’autant que “ce n’est plus la demande qui fait le prix, ce sont les excédents allemands et espagnols”, observe Guillaume Roué, le patron d’Inaporc. Lundi, alors que des manifestants investissaient la Socopa à Evron, le directeur du site Philippe Daeron indiquait que “sans doute aujourd’hui, ce sont 5 500 tonnes de viandes désossées qui rentrent d’Espagne toutes les semaines”.


Ces contrats made in USA


Parmi les pays les plus libéraux, la transparence du marché des pièces est bel et bien devenue réalité. Aux Etats-Unis, une loi, entrée en application en janvier 2013, a ainsi contraint les abatteurs à fournir les prix et volumes des pièces de porcs commercialisées.


La pilule n’est pas passée toute seule, mais au final, les industriels s’y attellent. Ils doivent réaliser trois déclarations à l’achat du porc, et deux déclarations par jour sur le nombre de pièces vendues, avec une indication des prix, explique Estelle Antoine, de l’Ifip. L’équivalent du ministère, l’USDA, l’a imposé aux industriels alors que les filières américaines connaissaient des moments difficiles.


La filière américaine a fortement muté des années quatre-vingt-dix au milieu des années 2000. En 15 ans, 70 % des exploitations ont disparu. Sur un peu moins de 70 000 élevages aujourd’hui, un tiers environ est sous contrat de production [d’après une étude américaine].Cela implique davantage de contrats d’intégration, les abatteurs pouvant eux-mêmes être propriétaires des exploitations. Cette mutation rapide a eu un effet pervers, selon Ron Plain, un universitaire du Missouri cité par l’Ifip dans son étude : inversement à la France, les porcs “négociés” (d’après le marché spot) pourraient ne plus être suffisamment représentatifs en volumes par rapport aux porcs sous contrats pour établir un juste équilibre de prix entre l’offre et la demande.


Frédéric Gérard



Signaler un abus

Catégories : Porcs

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services