• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Coopératives : grossir tout en gardant le lien
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 15-05-2015 - Rémi Hagel

Coopératives : grossir tout en gardant le lien

ECONOMIE

 Les coopératives ont grossi, s’internationalisent. Les prochaines assemblées générales aborderont chacune une actualité d’évolutions importantes. Des virages à négocier prudemment.

Les coopératives de la région multiplient les partenariats, notamment à l’étranger.

Les coopératives de la région multiplient les partenariats, notamment à l’étranger.


Le 22  mai se tiendra l’assemblée générale de la Coopérative des agriculteurs de la Mayenne (Cam) qui devrait valider son rapprochement avec Terrena. Le même jour se tiendra celle d’Agrial qui a fusionné l’an dernier avec Coralis et racheté 100 % de Senagral au 1er  janvier dernier. Et qui a consolidé en février son partenariat entre sa filiale Florette et Lammefjords Grønt, filiale du groupe coopératif danois DLG, dans le secteur des légumes frais prêts à consommer.

La semaine suivante, le 27 mai, ce sera le tour de Terrena, qui abordera son association entre sa filiale Elivia et l’Irlandais Dawn Meats, dans le domaine de la viande. Le même jour à Rennes, Evolution entérinera sa fusion avec CobiPorc, et confirmera l’objectif de fusionner totalement le 1er janvier 2016. Sa nouvelle filiale d’Afrique du Sud Taurus-Evolution a été lancée en février dernier, “un véritable tournant dans son ambition et ses possibilités à l’étranger”.


Le 29 avril, le groupe coopératif Tereos annonçait qu’il se renforçait au Royaume-Uni en rachetant le distributeur de sucre Napier Brown. Une opération de 47 millions d’euros. Napier Brown est présenté comme le premier distributeur indépendant de sucre en Europe, avec environ 300 000 t commercialisées. Ses parts de marché dépassent 20 % en grande distribution, 15 % auprès de l’industrie agroalimentaire. “Cette acquisition marque une étape supplémentaire dans notre ambition de développement en Europe pour anticiper la fin des quotas en 2017”, insiste le président du directoire Alexis Duval.


Fermetures d’usines


Le grossissement et l’internationalisation des coopératives sont un constat, une tendance qui a été poussée par la globalisation du marché. Si elles ne le font pas, “les Allemands, les Danois avancent pendant ce temps”, analyse un observateur. Même avec ces rapprochements, “le numéro 1 mondial de la viande dégage 32 milliards d’euros de chiffres d’affaires, quand Bigard, le numéro  1 européen est à 4,2  milliards” constate Philippe Martineau, le président d’Elivia.


Les coopératives ont-elles perdu leur âme ? Ayant grossi, ces groupes doivent assumer des décisions manageriales industrielles pas forcément humanistes : on l’a vu en Sarthe avec les fermetures des usines Candia au Lude (Sodiaal) et Gastronome à Luché-Pringé (Terrena).


Se posent des questions de proximité et de gouvernance (lire ci-contre). Malgré tout, les responsables en ont conscience. La constitution de la Cam en section autonome de Terrena “garantira le maintien de notre autonomie et de la proximité” assurent le président et le directeur Michel Foucher et Hervé Scoarnec, à leurs adhérents. “Le rôle des administrateurs n’est pas décoratif et nous sommes impliqués dans toutes les étapes essentielles de la coopérative” écrit Jean-Michel Arondel, président de la commission race Normande d’Evolution, dans le magazine des éleveurs d’avril. “De 75 administrateurs, nous allons passer à 25, mais ils ne pourront pas, à eux seuls, faire tout le travail. Il faut que nous repensions intégralement le rôle des éleveurs-élus dans Evolution. Pour garder ce lien avec le terrain et rester aux commandes de la coopérative.”


Rémi Hagel




Signaler un abus

Catégories : Coopératives

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services