• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Bruno 
Le Maire : “Les contrats laitiers ne sont pas parfaits mais c’est la seule solution”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 27-02-2015 - Rémi Hagel

Bruno 
Le Maire : “Les contrats laitiers ne sont pas parfaits mais c’est la seule solution”

CHAMP LIBRE

Bruno Le Maire, ancien ministre de l’Agriculture du gouvernement Fillon.

Bruno Le Maire, ancien ministre de l’Agriculture du gouvernement Fillon.

Bruno Le Maire, ancien ministre de l’Agriculture du gouvernement Fillon.


Bruno Le Maire a visité une exploitation à Ballots, en Mayenne le 16 février. Les agriculteurs présents n’oublient pas qu’en tant que ministre, il a mis en place les contrats laitiers. “Ils ne sont pas tout à fait aboutis. Avec Lactalis, on est dans un contrat direct, pas tripartite” fait remarquer Emmanuel Guimard, qui accueillait Bruno Le Maire. “Oui, je sais que les contrats ne sont pas parfaits, mais je maintiens que c’est la seule solution. Sinon vous serez débordés. Il faut que vous soyez en position de force pour négocier avec les industriels. Tout comportement individualiste - qui est le seul défaut que je trouve aux agriculteurs français - vous met en situation de difficulté. Pourtant, en lait, on a tout pour que ça marche. Ce secteur est une pépite, au même titre que l’aéronautique ou l’industrie du luxe. Il y a urgence à ouvrir des états généraux du lait pour avancer sur le respect des obligations par les industriels, sur la constitution des OP et la répartition de la valeur entre producteurs, transformateurs et distributeurs. Quand il y a un problème, le pire est de le mettre sous le tapis”.


L’agriculture menacée


Bruno Le Maire tient un discours pour séduire les agriculteurs, mais se montre alarmiste sur la situation : “L’agriculture est menacée de disparition. Quand les jeunes ne veulent plus s’installer, que faire ? Les pouvoirs publics peuvent agir : en allégeant les contraintes, en simplifiant. Il est nécessaire que des exploitations agricoles fusionnent : il faut qu’on simplifie les règles de regroupement. Sur la réglementation environnementale, les normes ne doivent pas être plus strictes en France que dans d’autres pays. Si on va trop loin sur les questions environnementales, les agriculteurs disparaîtront”.


De nos jours, pour se faire élire, il est plus porteur de tenir un discours écolo, remarque un éleveur. “Je préfère ne pas être élu que l’être sur un mensonge” assène Bruno Le Maire. Mais il affiche des ambitions nationales. Devra-t-il faire des compromis ?


Rémi Hagel



Signaler un abus

Catégories : Lait

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services