• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Prévenir « la sécheresse des trésoreries »
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 18-09-2003

Prévenir « la sécheresse des trésoreries »

Le 26 août, la FDSEA a anticipe sa rentrée syndicale en menant une action au péage de la Gravelles. En cette période d’ensilage, un peu moins de 100 agriculteurs se sont mobilisés.


Le 26 août, une petite centaine de militants de la FDSEA ont mené une action syndicale au péage de la Gravelles. Objectif : bloquer les camions frigorifiques en provenance de Rungis pour mettre la main sur de la viande d’origine étrangère. Un deuxième barrage filtrant a été mis en place sur le rond point de Saint Berthevin. De 23 heures à 2 heures du matin, les militants de la FDSEA ont bloqué une vingtaine de camions sans pouvoir réellement atteindre leur but. Les chauffeurs routiers se sont soumis aux contrôles et aux vérifications des militants du syndicat majoritaire. Seul un camion espagnol a forcé un barrage au rond-point de Saint Berthevin sur la nationale 157. Les agriculteurs réussiront à mettre la main sur deux colis de viande équine originaire d’Argentine. Très peu de camions contenait de la viande, un défaut d’étiquetage a toutefois été constaté par les agriculteurs en colère. Un militant constate pour expliquer sa mobilisation : « Nous avons assez d’être en concurrence avec des producteurs qui n’ont pas de cahier des charges à respecter ». A travers cette action, la FDSEA souhaite mettre la pression sur les grandes surfaces : « De leur côté, ils utilisent tous les moyens possibles pour empêcher la montée des prix payés aux producteurs. […]. Les pouvoirs publics ne font rien pour régler le problème des marges arrières. Nos filières ne s’organisent pas assez, il n’existe toujours pas de rapport de force avec la grande distribution. Nous allons mettre la pression sur nos coopératives et surtout sur les GMS en effectuant d’autres opérations : contrôle des prix, blocage de magasin » insiste Claude Charon, président de la FDSEA.
Après la canicule, la FDSEA fait ses comptes
Après la canicule de la première quinzaine d’août, la FDSEA de la Mayenne recense les dégâts. Thierry Mominot, directeur de la FDSEA, estime les pertes à 300 tonnes de volailles et de porcs : « Du jamais vu depuis 1947 ou 1949 » ajoute-t-il. Christophe Béchu parle de 3 % de mortalité dans les élevages de porcs mayennais. « Dans les maternités, le taux d’écrasement a aussi largement progressé. La fertilité constitue aussi un motif d’inquiétude. Attention à l’effet petite portée dans les mois qui vont suivre ! » constate le syndicaliste Mayennais. Face à cette situation, le constat de Claude Charron est catégorique : « Nous sommes très préoccupés par le revenu des agriculteurs, et, il y en a marre des effets d’annonce des pouvoirs publics. En cette période de rentrée, il faut taper dur et personne ne sera oublié ». Le gouvernement a promis des aides mais selon Claude Charron les enveloppes budgétaire ne correspondent pas aux promesses. Ainsi pour l’aide au transport de fourrages, les agriculteurs n’auraient pour l’instant perçus que 10 % des montants promis soit 4,5 e la tonne au lieu de 45 e. La FDSEA demande des moyens au gouvernement pour faire face aux problèmes de trésorerie : « Après la canicule de la première quinzaine d’août, on pourrait bien connaître dans nos campagnes la sécheresse des trésoreries » constate Stéphane Guioullier, président des JA. La rentrée s’annonce d’ors et déjà chaude pour le gouvernement.
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services