• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Sans corne et sans relâche sur le ring du Simagena
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 20-02-2015 - Rémi Hagel

Sans corne et sans relâche sur le ring du Simagena

SIMAGENA

L’éleveur mayennais de Limousines Michaël Martineau amène quatre animaux au Simagena, dont deux seront à vendre. Rencontre avec un passionné de la Limousine, et du sans corne, qui sélectionne à l’œil.

Michaël Martineau avec Edelweiss. Ce taureau sans corne hétérozygote a fait son temps dans l’élevage. Il sera à vendre.

Michaël Martineau avec Edelweiss. Ce taureau sans corne hétérozygote a fait son temps dans l’élevage. Il sera à vendre.


Les chemins de la vie tiennent parfois à des hasards. Par exemple, un accident de sanglier qui a empêché Michaël Martineau d’aller acheter des vaches dans le sud. L’éleveur de Torcé-Viviers en Charnie a finalement trouvé un cheptel à reprendre près de chez lui, celui de Michel Naveau à Auvers-sous-Montfaucon (Sarthe). Une rencontre déterminante puisque “les bêtes de ce cheptel avaient des origines du berceau de la race, où la tradition est de sélectionner à l’œil”.

Tant mieux : cela correspondait à sa manière de concevoir son métier. “Dans les Coëvrons, on aime les bêtes de forme. Je voulais des bêtes avec un bon dessus et une bonne morphologie. Je sélectionne à l’œil, naturellement.”


Mais il y a une contrepartie : quand les papiers font défaut, il est difficile de commercialiser sa génétique. “Au départ, je ne voulais pas faire de concours, mais Michel Naveau assurait la promotion de son cheptel de cette manière.”Michäel Martineau s’y est mis, avec assiduité. “Avant on allait au comice pour communiquer. Du comice, au départemental ou national, c’est pareil.”


Il a participé pour la première fois au Simagena il y a 10 ans. Cette année, il revient avec quatre animaux : Infusion P et Hardi, en exposition, Edelweiss qui sera à vendre, et Ivoire P, sélectionnée pour la vente aux enchères KBS.


Recherche de gabarit


KBS a été fondée par Jean-Luc Kress. C’est l’autre rencontre déterminante. “Sa façon de choisir les bêtes était la mienne.” Il développait la génétique sans corne. Là aussi, l’éleveur était intéressé : “Je n’aime pas écorner, c’est une forme de torture. Et, avec les élevages de plus en plus grands, le sans corne facilite l’organisation du travail.” Aujourd’hui, Michaël Martineau insémine toutes les vaches avec des taureaux sans corne, soit les siens, soit avec des doses achetées via le GIE Polled, auquel adhère une soixantaine d’éleveurs. Il compte désormais dans son élevage huit animaux homozygotes (dont les gènes père et mère sont sans corne).


Naître sans corne, pour le bien-être du bovin et de l’éleveur, n’enlève pas l’impératif de production. “Je veux montrer que le sans corne a du développement, alors qu’on a martelé le contraire.” Ivoire P affiche un GMQ à 210 jours de 1 419 g et pèse 348 kg à 210 j. Hardi est arrivé premier au Space…


A force d’efforts, il commence à se faire un nom. Grâce au Simagena, il a vendu des bêtes à des Belges, à des Anglais. “Il y a des gens qui viennent du nord de la France, pendant leurs vacances, l’été suivant le Sima. Ma ferme, c’est un magasin.”


Rémi Hagel


Open-show Euro-Limousine au Simagena à Villepinte : mercredi 25  février toute la journée avec 80 animaux.


Signaler un abus

Catégories : Concours Salons

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services