• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins lait > Une journée technique sur la reproduction pour “apporter de nouvelles réponses”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins lait - 20-02-2015 - Rémi Hagel

Une journée technique sur la reproduction pour “apporter de nouvelles réponses”

VACHES LAITIERES

Jeudi 26  février, au Gaec de l'Aulne, à Loiron en Mayenne (1) se déroulera une journée consacrée à “L'amélioration de la reproduction” en élevage laitier.

Les bâtiments du Gaec de l'Aulne accueilleront les ateliers toute la journée.

Les bâtiments du Gaec de l'Aulne accueilleront les ateliers toute la journée.


Quatre étudiants en BTS Acse du lycée agricole de Laval ont mis sur pied une journée sur “L'amélioration de la reproduction”. “Nous voulons présenter des pistes différentes de celles qu'on voit d'habitude, apporter de nouvelles réponses.” Ils vont faire intervenir les professionnels du secteur (Clasel, Evolution, Ipem, etc.), mais aussi un spécialiste étranger, Yossi Brami. Plusieurs opérateurs de la reproduction en élevage laitier ont répondu présent. 

Les ateliers en deux fois


Sept ateliers/conférences techniques seront présentés : une fois le matin et une fois l'après-midi. “Cela permettra à chacun de venir selon son emploi du temps, et à ceux qui veulent tout suivre de rattraper ce qu'ils n'auront pas entendu le matin” explique Dorian Jamait, l'un des étudiants.


Parmi les thèmes abordés : les outils de monitoring, l'insémination par l'éleveur, les schémas de sélection, etc. Et aussi la nutrition autour du vêlage : “C'est important. Une vache en bonne santé au vêlage donnera un veau vivant, n’aura pas d’infection, ne sera pas abîmée et récupérera mieux. Derrière, elle va retourner en gestation plus rapidement ; l’intervalle vêlage-vêlage sera plus faible, les réussites d’IA plus élevées” détaille Dorian Jamait.


Les associés du Gaec de l'Aulne, qui accueilleront la journée, se prêteront volontiers à l'exercice, par sympathie pour les BTS (Laurent Garnier est un ancien du lycée et continue de participer à certains jurys). Mais aussi parce que le sujet leur tient à cœur. Le Gaec ne sollicite pas d'inséminateur extérieur, les éleveurs font eux-mêmes le geste, depuis qu'ils ont suivi une formation avec Ipem (lire ici).


Ils sont concernés au quotidien : “La reproduction et les cellules sont les premières raisons pour lesquelles les éleveurs réforment. Il y a tellement de critères de sélection dans les index aujourd'hui qu'on en oublie de regarder la fertilité” explique Laurent Garnier.


Par ailleurs, “on a une préoccupation, c'est éviter la consanguinité. Des outils comme le logiciel de l'Upra pour les accouplements donnent un vrai coup de pouce”.


L'utilisation de semences sexées se développe. Un atout pour les éleveurs, mais qui s'accompagne souvent d'une moindre fécondité. Là encore, c'est une question qui pourra être abordée au cours de cette journée.

Tout sera installé à l'abri. On trouvera une restauration sur place. Un apéro sera offert.


Rémi Hagel



(1) Accès le long de l'axe Laval-Rennes, près du restaurant routier.


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services