• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > La salle de traite dévastée par l'orage
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 01-08-2003

La salle de traite dévastée par l'orage

On dirait un jour d’été comme les autres où la campagne rit au soleil. Pourtant, il y a quelque chose qui cloche dans le paysage aux abords du Buret. Les balles rondes ne patientent pas dans leur alignement traditionnel. Les champs sont sens dessus-dessous. Arbres brisés, panneaux pliés : les orages de la nuit du 15 au 16 juillet ont pris l’allure d’un coup de tempête très localisé. Pour une grande partie de la Mayenne, cette nuit a apporté de l’eau bénéfique aux cultures1. Au Buret, toutefois, on a vu rouge. La famille Duval n’en revient encore pas : sa salle de traite est ensevelie sous les décombres du toit de la grange.
Peu après 1h du matin, Jean-Pierre Duval rentrait chez lui. Il venait de terminer les moissons pour l’entrepreneur chez qui il travaille en été. « Sur la route, j’ai vu les platanes tombés à Meslay. J’ai dû rouler un peu dessus pour passer. Je suis rentré à 30 km/h. Arrivé à la ferme, j’ai découvert la grange écroulée. » Il a réveillé son épouse et son fils, mais « il n’y avait rien à faire. Alors, on s’est recouché. » La maison n’a rien eu, mises à part quelques tuiles arrachées. Une chance. Personne n’a entendu l’effondrement.
Toute la charpente s’est affaissée. Les 5 tonnes de granulés entreposés à l’étage se sont mêlés au gravas, dévastant la salle de traite en-dessous. La chute a fendu le mur extérieur, dont la partie supérieure s’est « déplacée » de 15 cm par endroits. Un espace s’est soudain créé avec le bâtiment voisin auquel il était accolé.
Comble de malchance, une quarantaine de balles rondes, qui venaient d’être faites la veille, se sont retrouvées sur la RD 21, et même dans le champ de l’autre côté. Quant aux barrières, se sont les balles du voisin qui les ont défoncées…
Salle de traite mobile
Heureusement, la solidarité a fonctionné : « Nous sommes allés traire nos 17 vaches chez le voisin à 3 reprises. Ensuite, le concessionnaire de la salle de traite (Animat 53) est venu apporter une salle de traite mobile qu’il prête pour 2 mois. Cette remorque de camion aménagée permet de traire 7 vaches à la fois. Malgré cela, on compte des pertes de lait : « Les vaches ne sont pas à l’aise, en particulier, faire la route pour aller chez le voisin ne leur a pas plu » constate l’éleveur. Amis et voisins sont venus aider à nettoyer la cour qui était pleine d’ardoises.
Aujourd’hui, la famille Duval est dans l’expectative. Faudra-t-il tout raser ou bien garder et consolider les murs ? Les experts de l’assurance défilent pour examiner la situation. « Ce n’est pas nous qui décidons » lâche Jean-Pierre Duval, résigné.

1- Finalement, la DDA n’a reçu que 4 appels téléphoniques (d’agriculteurs de St-Cyr-le-Gravelais, St-Denis-du-Maine, la Bazouge-de-Cheméré et Astillé) de déclaration de dégâts au titre des calamités agricoles.
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services