• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > 'Séparons syndicalisme et communication'
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 02-05-2003

'Séparons syndicalisme et communication'

Sympathiques, honnêtes mais peu autonomes dans leurs décisions et gérant de gros ateliers industriels, éloignés de la nature : c’est l’image des éleveurs laitiers qui ressort de l’enquête auprès du grand public initiée par la FNPL en mars 2001, juste après la 2e crise de l’ESB. « Le paradoxe, c’est que l’élevage idéal pour les Français, avec 35 vaches, une alimentation sur la ferme, ressemble plus à la réalité qu’ils le croient. Nous devons éviter cette distorsion entre l’image du métier et la réalité… sans espérer créer 60 millions de zootechniciens ». Jean-Marc Bèche a participé pour la fédération laitière à l’élaboration de la stratégie de communication unitaire des productions bovines, concrétisée fin 2001 par des spots sur TF1.
« Les agriculteurs, des gens comme tout le monde »
Dans ces « Métiers de campagne », les éleveurs se présentaient comme des « personnalités bien dans leurs bottes », témoignant d’aspirations communes à beaucoup de Français : prendre des vacances, goûter à la nature… Bref, au lieu de parler de sujets techniques, qui n’évoqueront pas grand chose à beaucoup, la communication s’appuie sur un rapprochement des non-agriculteurs et des agriculteurs. « Nous voulons être dans une attitude d’écoute de la société, pour faire passer des messages qui intéressent ». Ce qui implique aussi une information distincte de la revendication syndicale. « Car si Jean-Michel Lemétayer parle des vacances, les Français entendront un syndicaliste, pas une personne du métier », explique Jean-Marc Bèche. Autre mot-d’ordre : « respecter les autres ». « On peut penser que le reste de la société délire avec ses animaux familiers, comme les furets, mais c’est une réalité : comprendre leur perception de l’animal permettra de délivrer un contre-message ». La communication ne s’arrête pas aux coups médiatiques. « Elle se joue sur la durée et nécessite la participation des éleveurs ».
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services