• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins viande > La coccidiose, première cause du retard de croissance
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins viande - 12-12-2014

La coccidiose, première cause du retard de croissance

Les parasites Eimeria bovis, Eimeria zuernii et Eimeria alabamensis sont les responsables de la coccidiose clinique. Des diarrhées et un retard de croissance apparaissent après deux à trois semaines de vie. Les bouses sont molles, grisâtres ou noirâtres et parfois sanguinolentes. Le veau se déshydrate, peut présenter de l'anémie, un ténesme (l'animal lève la queue et a des contractions spastiques du sphincter anal) et parfois de la fièvre. Une analyse quantitative au laboratoire est indispensable. “A partir de 2000 œufs par gramme de coccidies pathogènes, on s'inquiète.” Sur des animaux plus âgés, la coccidiose subclinique engendre un retard de croissance. “Ils ont le poil dur, un GMQ en berne et un faible appétit mais pas de diarrhées franches.” En cas de doute, une coprologie de lot avec analyse des bouses au laboratoire est alors recommandée et permet de traiter uniquement les lots atteints. En préventif, on peut utiliser un additif alimentaire, le décoquinate. “C'est efficace mais contraignant car les animaux doivent en ingérer tous les jours pendant un mois minimum.” En curatif, les matières actives adéquates sont le toltrazuril (Baycox bovis®), ou le diclazuril (Vécoxan®) “plus cher mais efficace”. Le vétérinaire insiste sur la nécessité d'accompagner le traitement d'un changement de case.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services