• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Yannick Favennec : “Où est le choc de simplification ? 
Il y a 400 000 normes 
en France”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 24-10-2014

Yannick Favennec : “Où est le choc de simplification ? 
Il y a 400 000 normes 
en France”

Champ libre

Yannick Favennec, député UDI de la Mayenne, conseiller régional, a adressé une lettre ouverte à Manuel Valls et est intervenu à l’Assemblée nationale, pour défendre le monde rural.

Yannick Favennec, député UDI de la Mayenne, conseiller régional.

Yannick Favennec, député UDI de la Mayenne, conseiller régional.


Vous adressez une lettre ouverte sur la ruralité, au Premier ministre. Pourquoi ?

C’est un cri d’alarme. Les territoires ruraux sont les parents pauvres des politiques publiques. Il y a des problèmes, mais aussi des potentiels, des savoir-faire. Et on a besoin de soutien de l’Etat pour les valoriser. On existe ! On doit être traité sur un pied d’égalité par rapport aux villes.


Des assises de la ruralité sont annoncées


... pour octobre et novembre, et pour l’instant, nous n’avons aucune autre précision ! En fait, l’Etat pourrait faire des économies en ne tenant pas ces assises. Car elles n’apporteront rien de plus que ce que nous savons tous. Il y a déjà eu des assises il y a cinq ans, à l’initiative de Michel Mercier. L’état des lieux de l’époque est toujours d’actualité.


L’ancienne majorité a commencé à mettre en place une politique ambitieuse, en créant les pôles d’excellence rurale. La Mayenne, par exemple, a pu recevoir des subsides de l’Etat pour des dossiers innovants : pour la maison de service au public d’Ambrières, le pôle santé de Lassay, la piscine d’Ernée, etc. Cela était créateur d’emploi. Mais depuis : plus rien ! Il a fallu attendre deux ans et demi pour avoir enfin une ministre de la Ruralité. Et là, le nouveau contrat de plan Etat-Région va voir diminuer l’aide à la Mayenne de 28 % (100 millions d’euros). C’est de la discrimination ! Au niveau national, le fonds de soutien au commerce de proximité, le Fisac, a disparu : 64 M€ en 2010, 32 en 2013 et rien en 2014.


Où trouver des financements ?


La politique, c’est faire des choix. Avait-on vraiment besoin de 60 000 enseignants supplémentaires ? Peut-être qu’on peut réorienter une partie de ces financements ? Il faut que l’Etat se réforme lui-même avant de vouloir réformer les autres, il faut qu’il fasse des économies avant d’en demander aux autres.

Ce qui ressort le plus de mes réunions cantonales, c’est l’inquiétude vis-à-vis de l’hystérie normative. Les gens en ont ras le bol. Tant de lois, de décrets, viennent entraver l’esprit d’initiative. Où est le choc de simplification ? Il y a 400 000 normes en France.


Ce samedi est diffusée l’émission “J’aimerais vous y voir” où vous avez passé une journée dans le quotidien d’éleveurs de porc. Qu’avez-vous appris ?


J’ai inséminé une truie, aidé une autre à mettre bas, nettoyé au Karcher, conduit les porcs sur le quai d’embarquement... J’en suis fier. J’ai appris sur le métier et ses difficultés : sur la complexité des normes et sur l’impact du prix de l’aliment. M. et Mme Rousseau sont en label et vente directe, soucieux de la qualité. Cette émission doit servir à défendre la profession auprès du grand public.


A noter : “J’aimerais vous y voir“ sera diffusée sur la chaîne parlementaire (LCP) de la TNT, samedi 25  octobre à 20h, puis jeudi  30 octobre à 14 h 15, et samedi 8  novembre à 20 h.


Pour en savoir plus

http://www.earl-rousseau.fr/

http://favennecactualite.blogspot.fr/



Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services