• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > L'ultimatum de la FDSEA aux chasseurs
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 17-10-2014

L'ultimatum de la FDSEA aux chasseurs

Dégâts de gibier

"Si rien n'est fait, nous reviendrons.” Ainsi Matthieu Herguais, militant du syndicat jeunes agriculteurs et exploitant à Saint-Georges a-t-il menacé les chasseurs, lors d'une rencontre avec l'un de leurs représentants, jeudi 9  novembre, devant la presse. Objet de la colère, les dégâts de sangliers, récurrents d'une année à l'autre. A quelques centaines de mètres du château de Serrant, Etienne de la Boissière, qui organise des parties de chasse, fait pousser quatre hectares de maïs “pour attirer les faisans et les perdrix”. Mais à en croire les agriculteurs voisins, ce sont surtout les sangliers qu'il appâte. Alors pour l'intimider, ils ont acheminé l'ensileuse sur les lieux, et menacé de raser sa parcelle de maïs jeudi 9 octobre. Pour ce retraité, ce ne sont certainement pas ses quatre hectares qui attirent les sangliers, pas plus en tout cas que la cinquantaine d'hectares de maïs cultivés par les agriculteurs alentour. Sauf que lui ne le récolte pas, son maïs, ce qui attirerait le gros gibier tout l'hiver. Pour l'organisateur des parties de chasse, pas question pour autant de permettre aux agriculteurs de l'ensiler (“chacun chez soi”).


Vers une battue administrative ?

Pour calmer le jeu, il promet d'organiser désormais plus de battues aux sangliers. Les agriculteurs souhaiteraient que les chasseurs viennent immédiatement dès qu'un sanglier est repéré. Mais “c'est compliqué”, répond Etienne de la Boissière, “il faut un louvetier compétent et des chiens, et aussi assurer la sécurité, on ne peut pas venir au pied levé”. Les agriculteurs attendent désormais des résultats, c'est-à-dire une chute spectaculaire de l'effectif de sangliers dans le secteur, et surtout la fin des dégâts sur leurs cultures. “Les engagements que je prends, je les tiens”, assure Etienne de la Boissière. Mais la FDSEA aurait déjà sollicité l'administration pour réclamer d'organiser prochainement une battue administrative, à en croire son président Jean-Marc Lézé. De quoi remettre de l'huile sur le feu et faire sortir de ses gonds l'organisateur des parties de chasse : “Si vous m'emmerdez avec votre battue, vous verrez comment elle se passera”, menace-t-il, laissant entendre qu'il lâcherait les chiens pour faire fuir les sangliers juste avant.

Signaler un abus

Catégories : syndicalisme Mayenne

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services