• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Le syndicat JA s'agace du “manque
de dynanisme” des OP Lait
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 10-10-2014 - Frédéric Gérard

Le syndicat JA s'agace du “manque
de dynanisme” des OP Lait

REACTION


Gestion des crises “pas anticipée” et relations entre acteurs de la filière “toujours pas sereines”. De ce constat, JA exprime un ras-le-bol, à six mois de l'abolition des quotas laitiers. Dans un communiqué, le syndicat remarque que “les effets en sont directement visibles : un niveau de revenu 2013 inférieur de 15 % à la moyenne des trois dernières années et un risque que le prix payé aux producteurs diminue encore pour le dernier trimestre 2014”. En revanche, “le prix payé aux producteurs de lait Outre-Rhin est bien supérieur” à celui pratiqué en France.

“On ne les voit pas sur le terrain”


JA tacle les industriels qui “bloquent le travail avec les OP” ; et tant que les organisations de producteurs ne seront pas reconnues comme de “véritables acteurs économiques”, celles-ci ne pourront “contraindre les entreprises à intégrer les indicateurs des coûts de production”. Mais JA adresse aussi ses reproches aux OP elles-mêmes. “On ne les voit pas sur le terrain”, déplore Florian Salmon, responsable du dossier Lait chez JA. Les OP “manquent de dynamisme”. “Si elles ont besoin du syndicalisme pour faire bouger les choses, qu'elles le disent”, lance le jeune éleveur breton, alors que certaines laiteries “décrochent” sur le prix du lait. Et d'insister : “On peut peut-être reprocher que certaines OP qui fonctionnent bien n'aillent pas épauler celles qui ont du mal.” Globalement, “les OP ne travaillent pas suffisamment à une organisation entre elles.”


Même constat dans les bassins


JA espérait que les OP permettent de rendre les règles “le plus équitables et le plus homogènes possible” entre laiteries. Il n'en est rien. Après des années de négociations pour certaines organisations, “nous sommes toujours dans l'attente, il n'y a pas de réelle avancée”. Et les pouvoirs publics n'aident pas, souligne Florian Salmon : “Seuls deux conférences de bassins laitiers ont fait remonter au ministère leur travail sur les modalités d'installation. Même le bassin Normandie n'a pas commencé !” Pourtant, “les bassins ont un vrai rôle à jouer en ce qui concerne l'installation et l'organisation de la filière”. JA a demandé au ministère “d'accélérer les procédures dans les bassins”. Car, dans une échéance à court terme, “un tel flou est inacceptable”. Et sans doute pas de nature à “donner envie aux générations futures de s'engager dans la filière”, un peu partout sur le territoire national.


Frédéric Gérard




Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services