• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Evolution, Agrial, Coralis et Eurial signent une alliance laitière
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 26-09-2014 - Rméi Hagel

Evolution, Agrial, Coralis et Eurial signent une alliance laitière

FILIERE LAITIERE

Les quatre coopératives ont signé un partenariat portant sur la formation, l'international, l'élevage de génisses et le développement de la recherche.

“On va parler de filière, cela est nouveau. Cette alliance est unique, c'est la première en lait.” Jean-Yves Rissel, président de Coralis, Jean-Pierre Mourocq, d'Evolution, Arnaud Degoulet d'Agrial et Pascal Heurtel d'Eurial, ont signé cet accord de partenariat.

“On va parler de filière, cela est nouveau. Cette alliance est unique, c'est la première en lait.” Jean-Yves Rissel, président de Coralis, Jean-Pierre Mourocq, d'Evolution, Arnaud Degoulet d'Agrial et Pascal Heurtel d'Eurial, ont signé cet accord de partenariat.


Au Space, les présidents d'Evolution, Agrial, Eurial et Coralis ont signé un accord de partenariat sur le lait. Celui-ci porte sur quatre volets. Pour le premier, les éleveurs vont pouvoir suivre la formation Ypsum, développée par Evolution, pour mettre en place une stratégie de renouvellement de leur cheptel. “Après le 1er avril 2015, l'éleveur devra s'adapter aux objectifs des entreprises” expliquent-ils. Cela variera en fonction des produits, des marchés. Grâce à la génomique, la sélection des nouveaux taureaux va s'accélérer et permettra d'y répondre. Mais les nouvelles technologies ne sont que des outils, il faut savoir pour quoi et comment les utiliser. D'où la formation. Etalée sur trois journées, elle est financée par Vivea. Elle concernera aussi tous les techniciens des coopératives.

“Cette alliance est une première en lait”


Environ 80 % des adhérents de ces coopératives travaillent déjà avec Evolution, les zones géographiques se juxtaposent presque totalement. Les bases sont là, et cet accord va mettre un coup d'accélérateur.

“On partagera sans doute cette formation avec d'autres groupes coopératifs s'ils ont la même vision que nous” indique Jean-Pierre Mourocq, président d'Evolution. Cette vision est le constat qu'il “y a une rupture à venir, il faut la vivre ensemble.”Arnaud Degoulet, président d'Agrial, appuie : “Nous allons faire face au défi de la production, les marchés sont là. Notre objectif est de construire l'offre technico-économique la plus performante. La fusion avec Coralis est pour bientôt, on discute beaucoup avec Eurial…”Avec ce partenariat, “on va parler de filière, cela est nouveau. Cette alliance est unique, c'est la première en lait” se réjouit Jean-Pierre Mourocq. On retrouvera trois maillons de la filière : la sélection génétique, la production et la transformation. Les quatre coopératives mettent donc leurs forces en commun pour aborder l'après-quota en conquérantes.


Des tests grandeur nature


Elles veulent être conquérantes à l'international. “Par exemple, certains pays demandent des projets d'installation complets. Chacun à notre niveau, nous sommes incapables d'y répondre, contrairement aux Hollandais. On doit se structurer pour y répondre” explique le président d'Evolution.

Elles vont aussi travailler ensemble pour la Recherche & développement, cette fois en exclusivité et en confidentialité. Arnaud Degoulet présente un exemple de collaboration envisagée : “Agrial a mis en place un réseau de fermes références'Grandeur nature'. Cent fermes laitières serviront de support pour des projets de recherche. On pourra tester des nouveaux produits en conditions réelles d'exploitation.”


Les génisses intéressent


Dernier volet : ces coopératives vont réfléchir à externaliser l'élevage de génisses. Pour l'instant, il ne s'agit que de “dresser un état des lieux des modes de production possible. On sent qu'il va falloir gérer la limitation des ressources. L'élevage de génisses est une piste à explorer”. Par ailleurs, “il faut conserver le statut sanitaire et donc surtout continuer à vendre des génisses à l'étranger plutôt qu'en acheter”.


Le lendemain, Clasel et Eilyps annonçaient, également au Space, le lancement de DélègGénisse (en Ille-et-Vilaine et Mayenne). Signe que cette préoccupation revient sur le devant de la scène.


Rémi Hagel




Signaler un abus

Catégories : Coopératives

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services