• Suivez-nous :

accueil
Cultures > Grandes cultures > Produire des céréales, des protéines ou les deux
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Grandes cultures - 19-09-2014

Produire des céréales, des protéines ou les deux

SEMIS

Avec les mélanges céréales protéagineux, on peut poursuivre l'objectif de produire plutôt des céréales, plutôt des protéines, ou les deux”, note Florence Letailleur, conseillère à la chambre d'agriculture de la Sarthe. Pour l'alimentation animale, l'éleveur peut rechercher une récolte riche à la fois en céréales pour l'apport d'énergie et en protéines pour la MAT. Si la récolte est envisagée en grain, les mélanges conseillés sont triticale (300 gr/m2) féverole (20 gr/m2), et blé (110 gr/m2) pois protéagineux (65 gr/m2) (voir tableau ci-contre). Le triticale, céréale très rustique, a l'avantage d'être productive et bien couvrante. Pour valoriser en ensilage, on préférera un mélange triticale pois fourrager en ajoutant de l'avoine, de la vesce ou les deux. La céréale sera alors semée à une densité de 290 à 300 grains/m2 et le reste de 20 à 30 grains/m2. Le mélange qui convient aussi bien pour une valorisation en ensilage qu'en grain est composé de 300 grains/m2 de triticale et 20 grains/m2 de pois fourrager. “C'est l'association qui offre les meilleurs résultats dans les essais.” “On travaille en grain/m2 pour mieux maîtriser le risque à la verse. Il suffit de multiplier le nombre de grains préconisés au m2 par le PMG et de diviser par 100 pour avoir un poids à l'hectare”, explique François Boissinot de la chambre d'agriculture des Pays-de-la-Loire.

13 à 14 % de protéines sur un blé

“De plus en plus de coopératives souhaitant valoriser du blé en panification, acceptent les mélanges et sont équipées de trieurs optiques”, annonce François Boissinot. L'agriculteur peut ainsi produire du blé meunier en association de cultures. A noter cependant : les brisures de féveroles sont plus difficiles à trier que les pois. Différents mélanges d'espèces et de densités sont expérimentés pour rechercher “celui qui donnera le plus de blé possible avec le taux de protéines le plus élevé possible” : de 2/3 à pleine dose en blé et de 20 à 60 grains/m2 pour la féverole, le pois protéagineux ou le pois fourrager. “On a déjà obtenu 13 à 14 % de protéines sur un blé, ce qui est un rare en bio. On constate que plus on a de protéagineux dans le mélange, plus le blé a un bon taux de protéines car l'azote du sol est complètement disponible pour la céréale.”

Privilégier les protéines

Si l'objectif recherché est de récolter un maximum de protéines, pour la vente ou l'autoconsommation, le mélange sera composé de la quantité pure pour les protéagineux, soit 40 à 90 grains/m2 selon l'espèce et de 100 grains/m2 pour la céréale (blé, orge ou triticale). “On met une petite quantité de céréales pour servir de tuteur et sécuriser la récolte.”

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services