• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins lait > Le monde de la Normande a rendez-vous dans l'Ouest
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins lait - 22-08-2014

Le monde de la Normande a rendez-vous dans l'Ouest

Cela ressemble à un petit rendez-vous. A peine 70 participants pour un congrès international… Pourtant, c'est là que se joue une bonne partie de l'avenir de la race Normande. Le Cinor permet de parler des évolutions génétiques et des besoins aux quatre coins de la planète. C'est dans l'Ouest, "aux sources", qu'il se tiendra du 15 au 19 septembre.

La première conférence internationale s'est tenue à Niort, en 1980. A l'occasion de ce premier concours décentralisé de la race normande, l'Upra en a profité pour inviter des représentants étrangers. Ils venaient principalement de Colombie, et d'autres pays d'Amérique Latine. Depuis, l'événement "a pris corps" et se déroule tous les trois ans, porté par un tandem franco-colombien. Les deux pays sont "les deux berceaux" de la race. Le Cinor est présidé par Armando Echeverri, de l'asociacion normando ; le président de l'OS, Jacques Legendre, en est le vice-président. "La Normande s'adapte très bien en Colombie, c'est le printemps tous les jours là-bas, raconte ce dernier. Depuis l'édition 2000, en Colombie, nous avons développé des programmes d'accompagnement technique, chez les petits producteurs. Cela a permis d'augmenter leur production laitière et de multiplier par trois le prix des veaux. Cela a donc permis d'améliorer leurs revenus et de maintenir des jeunes dans l'élevage. Derrière, il y avait aussi une volonté politique nationale, là-bas, pour éviter l'enrôlement des jeunes dans les Farc."


Se développer sur les cinq continents

Mais l'Amérique du Sud est devenue "une sorte de routine", aux yeux d'Albéric Valais, directeur de l'OS. Le développement de la génétique y a encore un bel avenir. Mais l'objectif est désormais d'essayer de donner "une vraie vocation internationale à la race". L'organisme français veut implanter la Normande partout où elle a sa place. "Honnêtement, dans les élevages américains de 1000 ou 1500 vaches, on n'a rien à y faire, glisse Jacques Legendre. Ou alors en croisements." Certains Etats nord-américains présentent toutefois des systèmes herbagers. Et la transformation fromagère y est en plein essor. "Comme en Afrique du Nord", souligne Jacques Legendre. Cela tombe bien: "Pour la transformation fromagère, la Normande est imbattable".


L'Algérie est devenue une nouvelle terre d'accueil de la Normande. "On y a déjà des missions." Comme en Colombie, Uruguay, Equateur ou au Chili, l'appui technique suit l'arrivée de la génétique française. "Dans les pays de l'Est, c'est plus récent, poursuit Jacques Legendre. Et leur fonctionnement est très différent." Les structures conservent les dimensions du régime soviétique: "On essaie d'éviter les erreurs, néfastes pour notre implantation. Comme le fait de donner uniquement des aliments concentrés à des Normandes. Dans les anciens kolkhozes, on essaie aussi de leur faire changer les logettes, trop petites pour des Normandes, avant d'y amener des animaux. On essaie plutôt d'anticiper, car un échec par la suite freinera toujours les relations."


Une génétique à la carte

Le Cinor permet aussi d'échanger sur ces aspects. On y parle commerce, bien sûr. En vif et en IA. On approfondit aussi les pistes d'évolutions génétiques. Car le profil français ne correspond pas à tous les climats, à toutes les réalités d'élevage. En Colombie, on distingue deux profils: des animaux trapus dans les petits élevages des zones de petites montagnes et des plus grands dans les élevages de plaine qui comptent des dizaines voire des centaines de vaches. Mais comme dans les pays latins amateurs de bœuf, la morphologie viande prime sur le lait. Comme pour proposer des solutions à la carte, la Normande joue partout la carte de la mixité. "On voit une volonté forte de produire du lait, mais aussi, plus de viande, à moins cher", note Albéric Valais. C'est un sujet que les responsables de la race auraient aimé partager avec leurs visiteurs chinois. Mais ces derniers ne devraient pas pouvoir venir.

La trentaine de participants étrangers présents en septembre pourra, observer l'adaptabilité de la Normande, lors de son séjour dans le Grand Ouest. Lors du concours du Space, "la meilleure vitrine", et dans trois élevages aux orientations très marquées.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services