• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Porc > "Les producteurs de porc paient la faillite de la diplomatie et d'outils d'abattage"
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Porc - 08-08-2014

"Les producteurs de porc paient la faillite de la diplomatie et d'outils d'abattage"

Daniel Picart, est le président du Marché au porc breton (MPB), marché au cadran à Plérin.

Pourquoi, en plein été, le cours du porc est-il redescendu? 
L’Amérique du Nord a perdu 7-8% de la production à cause du virus de la DEP et ne peut plus exporter. Malgré cela, on ne parvient pas à prendre de places à l’international. L’embargo russe continue de peser. En Europe, la production est stable mais le cours chute partout. L’Espagne, où le prix profite de la présence des touristes, les Pays-Bas, le Danemark et la France pourraient exporter en Russie. Mais on subit la faillite de la diplomatie européenne, et surtout française. Bruxelles nous dit qu’il faut jouer collectif face à Poutine. Mais depuis quand l’UE a-t-elle du poids? Et pourquoi Paris est-elle capable de défendre son industrie, en vendant des Mistral [navires de guerre] à Moscou, mais pas la filière porcine? 

C’est donc un phénomène diplomatique? 
Il y a plusieurs explications. La Chine a pratiquement fermé ses frontières pour soutenir ses cours intérieurs. Les Japonais et les Coréens durcissent leur position au maximum pour faire pression sur les Européens et obtenir les prix les plus bas possible à la rentrée. En France, les producteurs paient aussi la mauvaise santé des outils d’abattage. C’est catastrophique pour la filière en terme de commerce. Le cours français est repassé sous le prix allemand, cette semaine. 

En pleine saison de barbecues, la baisse des prix ne devrait-elle pas tirer les ventes? 
Sur l’ensemble du pays, la météo a été plutôt médiocre. De plus, si le prix du cochon baisse depuis un mois, ce n’est pas forcément répercuté au consommateur. En grande surface, les prix de la viande fraîche n’ont pas bougé, ils sont même parfois plus chers. On s’aperçoit aussi qu’il n’y a plus de chefs de rayon capables de faire des coups sur des volumes. Aujourd’hui, ce sont plutôt des gestionnaires de rayons. Leur comportement a changé: ils ne vont pas charger en fin de semaine, au risque d’avoir des invendus. On peut donc trouver des rayons vides le samedi en début d’après-midi.
Signaler un abus

Catégories : Porcs

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services