• Suivez-nous :

accueil
Annonces > Matériel > Les panneaux photovoltaïques, ça se lave
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Matériel - 08-08-2014

Les panneaux photovoltaïques, ça se lave

Avec le temps, la poussière s'accumule sur les panneaux photovoltaïques, qui en conséquence, produisent moins d'électricité. L'entretien doit être fait régulièrement, ont montré AmiSun et InnoWatt Energy.

A Quelaines Saint-Gault (Mayenne), Fabrice Aubert a fait installer 9 kWh de panneaux sur le toit de la ferme, en 2008. Depuis, ça fonctionne bien. “Il n'y a pas souci” assure l'éleveur. “L'amortissement est prévu sur 10-11 ans”, et il est dans les clous. Toutefois, il n'a jamais nettoyé ses 54 panneaux et il sait qu'il perd un peu en électricité produite chaque année. “Un système de 9 000 kW peut en réalité produire jusqu'à 10 500 kW, et ces dernières années, j'ai produit 9 100 kW, puis 8 400 k (à cause de la mauvaise météo), puis 9 700 kW”. C'est bien, mais pas optimum.


Avec le temps, les panneaux s'encrassent. “La poussière s'accumule, la pluie ruisselle et la pousse en bas du panneau. De la mousse pousse au pied du module” décrit l'installateur Sébastien Landais, d'InnoWatt Energy. “C'est encore plus vrai pour des sites avec de la poussière : près d'une carrière, ou alors sur un axe de vent d'ouest qui ramène les pollens”. La perte de production peut atteindre 5 à 15 %.


Ne pas rayer les panneaux

Bref, il faut nettoyer ses panneaux. Ce n'est pas bien compliqué mais nécessite quelques précautions si on ne veut pas avoir de mauvaises surprises. “Evitez de prendre un balai dur qui rayerait les panneaux. Evitez aussi le karcher, qui décollerait les ardoises du toit” liste Sébastien Landais. En revanche, on peut passer un coup de jet, avec de l'eau tombante.

On peut également faire appel à un prestataire, comme AmiSun. Cette société spécialisée dans l'entretien et la maintenance de systèmes photovoltaïques procédait à une démonstration de nettoyage chez Fabrice Aubert, mardi 1er  juillet. Au bout d'une perche télescopique, pouvant aller jusqu'à 15-18 mètres, une brosse hélicoïdale souple tourne doucement, tout en étant arrosée d'eau déminéralisée. “On commence en haut pour éviter d'avoir à tout renettoyer ensuite”.


Si l'on veut nettoyer soi-même, l'idéal est de disposer de chemins d'accès sur la toiture. Mais cela doit être envisagé dès l'installation, “beaucoup de sociétés n'y ont jamais pensé”, commente Vincent Seyeux. Cet agriculteur est l'un des co-organisateurs de la démonstration. Avec ses collègues, il a été dans les pionniers ; ils ont constitué un groupement d'achat et continuent de se former aux évolutions technologiques. Il possède environ 2 000 m2 de panneaux (qui produisent autour de 200 kW).

Le nettoyage doit être réalisé régulièrement : 2 à 3 ans sur des panneaux neufs, puis une fois par an. “Sur des endroits poussiéreux, c'est plutôt deux fois par an” conseille l'agriculteur. Un autre indicateur, c'est le tarif de rachat, ajoute Fabien Olivier d'AmiSun. Effectivement, si on veut éviter de perdre 10 % de 60 ct, on a intérêt à laver plus souvent !

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services