• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins lait > Attention aux pénalités et au coût
de concentrés
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins lait - 25-07-2014 - Christian Evon

Attention aux pénalités et au coût
de concentrés

Lait


L'observatoire technico-économique permet de dégager les grandes tendances de plus de 620 exploitations laitières adhérentes à Elevage conseil Loire Anjou pour la campagne 2013-2014. La ferme laitière moyenne de l'échantillon représente 2,2 UMO, 122 ha SAU, 475 000 l de lait livrés et 63 vaches laitières. La hausse du prix du lait amorcée fin 2013 se retrouve avec une moyenne de 382€/1 000 l sur la dernière campagne. Du fait des attributions d'allocations importantes, les éleveurs ont en moyenne réalisé leur référence à 102 %.

Sur la campagne, la qualité du lait s'est dégradée et les pénalités atteignent en moyenne 1 375 €/élevage. On note des écarts importants entre élevages et seulement 18 % d'entre eux n'ont pas eu de pénalités, contre 25 % l'an passé. Les 25 % d’élevages les plus pénalisés subissent un manque à gagner de 3 800€/exploitation, soit 9€/1 000 l.


Pas plus de 200 g/l de concentrés


Sur les deux dernières campagnes, l'analyse des systèmes (Prim'Holstein) selon la consommation en concentrés par VL est intéressante. En silo ouvert (non bio et non robot), il y a 28€/1 000 l d'écart entre les économes et les généreux. Pour le groupe intermédiaire, le coût moyen est de 64 €/1 000 l. “Au-delà de 200 g de concentrés/l, la production laitière n'augmente pas par vache. Les élevages “généreux” dépensent 15 €/1 000 l de plus, soit 8 300/élevage/an en moyenne” note Jean-Yves Dupin, responsable de la gestion des exploitations.


En silo fermé, l'écart entre les extrêmes est identique (27 €/1 000 l) mais la moyenne du groupe intermédiaire n'est que de 58€/1 000 l. “Les élevages économes valorisent plus de pâturage dans la ration (+5 %). Au-delà de 180 g de concentrés/l, la production laitière n’augmente pas par vache. Les élevages généreux dépensent 10 €/1 000 l de plus, soit 4 500/élevage/an en moyenne.”


Un vêlage précoce à 24-26 mois permet de mieux amortir le coût d’élevage des génisses sur la carrière de l’animal. La production de lait par jour de vie est améliorée de 2,4 kg/jour. “Pour un même âge au vêlage, les élevages ayant une conduite économe en concentrés dépensent trois à quatre fois moins de concentrés en obtenant des performances techniques comparables.”


Christian Evon




Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services