• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins lait > LAIT : le robot améliore la qualité de vie
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins lait - 04-07-2014 - Rémi Hagel

LAIT : le robot améliore la qualité de vie

LAIT

A Houssay (Mayenne), Michèle et Denis Guilmeau ont investi dans le robot de traite VMS DeLaval. Le troupeau de Montbéliardes l'a adopté. Les bêtes sont plus tranquilles, et les éleveurs avec. Animat 53 organisait deux portes ouvertes.

Les 53 vaches montbéliardes ont adopté le robot.

Les 53 vaches montbéliardes ont adopté le robot.



"On avait déjà des vaches tranquilles, alors là, elles sont presque molles” plaisante Denis Guilmeau. Blague à part, l'arrivée du robot de traite dans l'exploitation depuis cinq mois, a amélioré la qualité de vie du couple d'éleveurs. “On prend plus le temps de faire les choses, on est plus cool.” Malgré les préjugés, la robotique n'est pas qu'une affaire de grosse structure. Ici, on compte 53 vaches, un quota de 430 000 l. “On avait une 2x5 en décrochage automatique, vieillissante.” Le choix s’est porté sur le robot. Les bêtes seront toujours conduites au pâturage, grâce à un noyau de 8-9 ha autour de la stabulation. Les bêtes continueront d'être nourries à l'herbe. 

“Ces éleveurs sont des amoureux de la vache laitière” commente Jean-Christophe Désert, co-gérant d'Animat 53, lors de la porte ouverte le 26 juin. Du genre à briller sur les rings du Space avec leur génétique. Le robot fait économiser sur le temps de traite, mais “on connaît mieux nos animaux, grâce au suivi de production” explique l'éleveuse. Les données informatiques sont un outil supplémentaire pour améliorer les performances : “Quand une vache produit plus, tu l'accompagnes en aliment. Avant, en salle de traite, tu ne pouvais que supposer...” poursuit son mari. Ils manquent encore de recul pour mesurer les progrès de production.

Un plus sanitaire


Jean-Christophe Désert pointe aussi les améliorations à attendre d'un point de vue sanitaire : “Dans les élevages, on voit une augmentation des cellules quand on trait moins régulièrement les vaches, au moment des moissons ou des ensilages, ou quand on fait l'impasse sur la traite du dimanche soir.” Avec le robot, c'est fini. Après un petit pic de cellules classique au démarrage, à cause du stress, l'EARL de la Randouillère tourne à 154 000 cellules.


L'installation du robot se couple à une automatisation du circuit pour les vaches, grâce à des portes anti-retour. Les bêtes ne sortent en pâture qu'une fois traites. Les éleveurs ont profité des travaux pour monter leur bureau, avec vue panoramique sur la stabulation : un moyen encore plus efficace de faire le lien entre les données de l'ordinateur et le suivi des vaches. Le système RFC permet de se connecter au logiciel de n'importe où. Et des messages d'alertes sont transmis aux éleveurs au moindre problème, par exemple, s'il n'y a aucune vache traite pendant plus de trois heures (un paramètre réglable).


Rémi Hagel




Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services