• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Consensus professionnel pour une révision du statut de l’agriculteur
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 04-07-2014

Consensus professionnel pour une révision du statut de l’agriculteur

Gaec et société

L’ensemble des professionnels participant à un débat sur le statut de l’exploitant agricole étaient d’accord, le 26 juin pour une révision fondamentale de ce statut.


S’il est un sujet de consensus entre le syndicalisme majoritaire et le ministère de l’Agriculture, c’est sur la nécessité de réviser le statut de l’agriculteur. Gilles Brenon, président de Gaec et sociétés, qui organisait le 26 juin un colloque sur la question, a résumé les grandes lignes de la manière dont les professionnels (FNSEA, APCA, JA) voient les choses. Selon lui, six critères doivent être respectés pour bénéficier du statut d’agriculteur :

– La maîtrise de l’outil de gestion,

– La détention de la majorité du capital de l’entreprise,

– La réalisation d’un certain volume d’activité,

– Le non-assujettissement à une autorité extérieure,

– La détention d’un diplôme de formation,

– L’inscription sur le registre des agriculteurs qui devrait enfin, prochainement, voir le jour.


Présent à cette table ronde, le conseiller technique Luc Maurer- a indiqué que le registre de l’agriculture, dont l’identité du gestionnaire a évolué au fur et à mesure des débats parlementaires, se trouverait géré par plusieurs institutions. Nourri d’informations venant no-tamment de la MSA ainsi que des chambres d’agriculture, ce registre serait logé au sein de l’APCA.


“Retraité ou agriculteur, il faut choisir”


Si le sujet est consensuel, le ressenti ne l’est pas toujours. François Thabuis, précédent président des Jeunes agriculteurs, veut avoir une approche la plus professionnelle possible. En estimant par exemple que les retraités doivent définitivement abandonner le statut d’agriculteur.


“Un retraité ne peut pas être en même temps agriculteur, a lancé l’ancien président des JA. Il n’y a pas photo”. Et de citer l’année où, sur 4 millions de vaches allaitantes qui reçurent des primes PAC, 300 000 appartenaient à des retraités. “Les retraités, on les adore, promet François Thabuis, il faut améliorer leur retraite, mais on ne règle pas le problème en leur donnant le statut d’agriculteur.”


Autre question, celle des capitaux extérieurs venant financer des exploitations. Le jeune agriculteur n’en récuse pas l’opportunité mais il y voit des limites. “Je n’ai pas peur de dire que je suis paysan et chef d’entreprise, explique-t-il, mais on voit déjà sur le terrain des chefs d’entreprise agricole qui ne sont pas du tout paysans.” Concernant les salariés gérants, “on n’était pas trop chaud au départ, mais on s’est aperçu qu’il s’agissait de vrais agriculteurs. Qu’en sera-t-il de celui qui reprendra ce modèle-là ?” interroge François Thabuis.


“Il faut rester le plus ouvert possible”, répondait Jean-Bernard Bayard (FNSEA), considérant qu’en ce qui concerne les retraités il faut analyser tous les facteurs et notamment la minceur de leurs revenus de retraite. “Il faut laisser la liberté de décision aux gens. A partir de la définition d’un chef d’exploitation, celui-ci doit avoir la possibilité de choisir son cadre juridique, qu’il veuille être indépendant ou salarié d’une exploitation.” “Il faut qu’on regarde si nos formes sociétaires sont toujours adaptées, s’il ne faut pas les faire évoluer. Il y a des agriculteurs qui sont employés au sein de sociétés commerciales. Aujourd’hui ils sont exclus du régime agricole. Mais l’agriculture de demain n’aura-t-elle pas besoin de capitaux extérieurs ? Pourquoi ne pas créer un nouveau statut dans lequel ces gens pourraient se retrouver, tout en respectant la situation de chef d’exploitation ?”


Reconnaissance des Gaec


Le débat de Gaec et société a aussi l’été l’occasion pour Luc Maurer de rassurer les professionnels sur l’accès à la transparence du statut des Gaec vis-à-vis des aides et seuils de la Pac. L’agrément des Gaec nouveaux doit passer par une analyse au cas par cas. C’est ce qui explique que la procédure implique non plus l’ancienne commission des agréments (CDA) seule mais une section de CDOA avec une décision prise par le préfet. Il faut démontrer que les actifs sont bien présents sur l’exploitation, qu’ils se partagent le capital social et les décisions de gestion.




Signaler un abus

Catégories : syndicalisme

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services