• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Prix du lait : la FDSEA chez Lactalis
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 21-11-2002

Prix du lait : la FDSEA chez Lactalis

Jeudi 14 novembre, alors qu’une dizaine de sites industriels français sont bloqués par des producteurs de lait (notamment l’usine Candia du Lude en Sarthe), les Mayennais choisissent une méthode douce : une délégation de la section lait de la FDSEA 53 et de la FRGPL va voir Lactalis. Toutes ces actions, lancées par la fédération nationale FNPL, poursuivent un même but : alerter sur la dégradation des prix de vente départ usine de certains produits de grande consommation (PGC) et en particulier du lait UHT. Les prix baissent au niveau des transformateurs et des producteurs. Les négociations interprofessionnelles pour ce dernier trimestre 2002 ont d’ailleurs capoté après une nouvelle proposition de chute du prix producteur.
« Le secteur du lait de consommation est loin d’être épargné, au profit de volumes écoulés plus importants », souligne Claude Charon. Le président de la FDSEA analyse la détérioration des prix de vente des transformateurs par l’encombrement du marché de la poudre de lait et du beurre. Les responsables Lactalis auraient, racontent les délégués mayennais, résumé cet argument ainsi : « les volumes de lait produits sont élevés, d’où une moindre valorisation des produits transformés ». De précédentes alertes de l’Onilait et de la FNPL, demandant aux producteurs de freiner, vont d’ailleurs dans ce sens. « Lactalis a plus ou moins reconnu que pour écouler, il vend un peu moins cher », rapporte Claude Charon. Or « nous ne pouvons pas admettre que les entreprises laitières profitent de cette mauvaise conjoncture pour chercher à gagner des marchés en baissant le prix et en laissant filer les marges ».
« Ce n’est qu’un avertissement »
« Des accords existent pour que le prix du lait UHT ne descende pas en dessous d’un minimum », intervient Stéphane Guioullier, secrétaire général du syndicat et président des JA. La dégradation des prix des PGC est jugée d’autant plus « intolérable » que les producteurs « se battent toujours pour la prise en compte effective des marchés des PGC dans la fixation du prix du lait pour 2003 ».
Pour les syndicalistes, même si « le représentant de Lactalis n’a pas nié les faits et a reconnu la légitimité des revendications », cette rencontre n’est qu’un « avertissement » : faute de signe concret d’amélioration des marchés et du prix de vente, « l’action syndicale nationale se poursuivra ». Déjà en ordre de bataille contre les GMS, les producteurs vont-ils aussi lancer l’assaut contre les industriels laitiers ?
------
« Blocage des centrales d’achat : le mot d’ordre sera national »
Lors du point presse lundi 18 novembre à l’issue du conseil d’administration de la FDSEA, ni Claude Charon ni Stéphane Guioullier ne dévoilent la date des futures actions de blocage des centrales d’achat de la grande distribution. « On ne connaîtra que deux jours avant la date du mot d’ordre national », justifie le président de la FDSEA. Son homologue des JA espère toutefois que ce sera avant le 28 novembre, date prévue pour une nouvelle rencontre entre producteurs et grande distribution. En attendant, la campagne d’affichage contre les pratiques des GMS a débuté en Mayenne. Sa cible : les consommateurs, que la FDSEA et les JA veulent sensibiliser au problème des marges arrières. « Des associations de consommateurs veulent déjà s’associer à nos actions », annonce Claude Charon « Nous menons le même combat ».
Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services