• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Les JA veulent garder leur autonomie
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 13-06-2014

Les JA veulent garder leur autonomie

SYNDICALISME


Thomas Diemer, polyculteur-éleveur dans le Bas-Rhin, a été élu président des Jeunes agriculteurs, lors du congrès du syndicat, du 3 au 5  juin à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor). Il était jusque-là trésorier d'une équipe écoutée à Bruxelles comme au ministère de l'Agriculture, qui a œuvré, avec d’autres, à l’obtention des budgets dédiés aux jeunes dans la réforme de la Pac ainsi qu’à une modification du processus d’installation qui permet de bénéficier des aides fondées sur le projet économique et pas forcément la surface.


Un climat tendu


Les JA ont aussi et surtout obtenu la majoration des aides pour les 52 premiers hectares des exploitations, dispositif qu’ils défendaient pour privilégier les emplois. Cette dernière victoire s’est faite contre les “grands frères” de la FNSEA, qui y étaient farouchement opposés. Une partie du réseau a fait campagne avant le congrès contre François Thabuis, président sortant, poussant une autre candidature adoubée par la FNSEA, affirment plusieurs membres du syndicalisme majoritaire. “Mais aucun des deux candidats ne permettait de faire la synthèse de l’ensemble du réseau”, commente un élu JA. Et comme le syndicat rechigne à présenter plusieurs candidats, préférant “laver le linge sale” en amont, un troisième homme, Thomas Diemer a été choisi par le conseil d’administration. François Thabuis, l'ancien président, aura servi de “fusible”. Mais il laisse aux manettes une équipe qui devrait poursuivre son travail, avec des JA qui ne veulent plus seulement être l'antichambre de la FNSEA.


Renouer les liens
avec la FNSEA


Xavier Beulin, président de la FNSEA, est venu renouer des relations qui n'étaient pas au beau fixe avec le précédent bureau. Il a “remercié chaleureusement” François Thabuis, admettant “un certain nombre de discussions difficiles”. Il a surtout voulu tordre le coup aux bruits selon lesquels la FNSeA œuvrait pour placer ses hommes à la tête des JA. “Jamais un président ne vous demandera d'être subordonnés à la FNSEA”, demandant toutefois aux JA d'être “solidaires”, car “il y a trop de contradicteurs qui veulent mettre un coin dans notre unité”.


Xavier Beulin, tout comme l’équipe sortante de JA et même le nouveau bureau, a eu à essuyer quelques sifflets de la salle, dans une ambiance parfois tendue. Mais le nouveau président Thomas Diemer est parvenu à rassembler. Il assure s'inscrire “dans la continuité des positions défendues par l'équipe précédente, qui étaient le résultat d'un processus démocratique dans notre réseau“.


Le rapport d'orientation a prolongé l'action du bureau sortant. Il a mis en avant les actifs agricoles, pour favoriser le renouvellement des générations contre l’agrandissement des exploitations. Les JA ont déjà les yeux tournés vers la Pac post-2020. Ils réfléchissent à la sortie des aides à l'hectare et à la mise en place “d'aides contracycliques“, qui évoluent en fonction des cours du marché.



Signaler un abus

Catégories : syndicalisme

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services