• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Europe > Yannick Jadot (EELV) : “Convaincre l’Europe
de verser 50 % des aides Pac aux circuits courts”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Europe - 16-05-2014 - Nathalie Barbe

Yannick Jadot (EELV) : “Convaincre l’Europe
de verser 50 % des aides Pac aux circuits courts”

Champ libre

Le député européen EELV, porte-parole national de la campagne Europe Ecologie 2014 et tête de liste dans la circonscription Ouest, était en Sarthe le 12 mai. Selon lui, face au risque de standardisation des produits agricoles, l’Europe doit jouer la carte de la qualité.

Yannick Jadot est député européen EELV

Yannick Jadot est député européen EELV



L'accord de libre-échange (1), en cours de négociation entre l’Union européenne et les Etats-Unis, peut-il mettre à mal notre modèle agricole ?


Le tout est de savoir si ces négociations se mènent dans le cadre d’une dilution ou d’un renforcement du traité européen. Le TTIP conduirait à la mise en place d’une vaste zone de libre-échange transatlantique où la baisse des droits de douane serait dangereuse pour notre agriculture. Les Etats-Unis, qui ne reconnaissent pas les labels, les appellations d’origine contrôlées et pour qui le bien-être animal n’existe pas, nous imposeraient leur bouffe standardisée ! Viande aux hormones de croissance, OGM, poulets industriels… Ces négociations mettent face à face deux modèles agricoles qui n’ont aucun point commun.


Un accord entre ces deux zones commerciales ne serait-il pas un atout pour s’imposer face au Brésil ou à la Chine ?


Si c’est la volonté de l’Union, cela voudrait dire que l’enjeu majeur de ces négociations repose sur la standardisation des normes de production ! L’Europe veut produire du poulet industriel ? Face au Brésil, l’Inde ou la Chine, on ne sera jamais compétitifs sur le coût du travail. Mais on peut être compétitifs sur la valeur ajoutée. Pensons un système qui protège les hommes, l’emploi et l’environnement. C’est quand même dingue de se dire qu’en matière de production avicole, notre balance commerciale est déficitaire. Tout ça parce qu’on préfère importer du poulet industriel dégueulasse ! Moi je dis non. Aménageons nos territoires pour faire de la qualité et développer les circuits courts à destination de la restauration collective. Notre objectif, c’est de convaincre l’Europe qu’il faut verser 50 % des aides Pac aux circuits courts. Il faut aider ces filières à se structurer et aider les agriculteurs qui sont dans cette dynamique-là.


Quel pouvoir avez-vous pour défendre la qualité quand on voit que les écologistes n’ont pas réussi à faire plafonner les aides Pac à 100 000 euros ?


En effet. Si nous avions obtenu le plafonnement des aides, ce sont 5,7 milliards d’euros que nous aurions pu dégager pour financer d’autres projets. Cela aurait été un formidable levier pour l’agriculture. Au lieu de cela, Hollande a chaussé ses bottes et nous a resservi la Pac Chirac ! On a fait preuve d’un très grand conservatisme.


Le budget PAC satisfait peut-être les agriculteurs français…


Il satisfait surtout la FNSEA. C’est elle qui s’y retrouve dans cette mesure ! Mais on va se battre pour garder la capacité de négocier et de faire évoluer cette Pac. Nous profiterons pour cela de la révision à mi-parcours, en 2017.


Nathalie Barbe


(1) Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement, TTIP.


Signaler un abus

Catégories : Politique

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services