• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Les coop crient au vol d’OVS
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 02-05-2014 - Frédéric Gérard, Christian Evon,

Les coop crient au vol d’OVS

EVENEMENT / Réorganisation du sanitaire

Les GDS régionaux et les Fredon sont reconnus OVS. Colère de la filière hors-sol, qui n’a pas été retenue.

Coop de France a vivement condamné la position des services de l’Etat, qui ont privilégié GDS et Fredon comme OVS. Coop de France souhaitait des OVS par filières. Pour GDS France, les coopératives ont mal compris l’objet de ces OVS.

Coop de France a vivement condamné la position des services de l’Etat, qui ont privilégié GDS et Fredon comme OVS. Coop de France souhaitait des OVS par filières. Pour GDS France, les coopératives ont mal compris l’objet de ces OVS.



Dans certaines régions, comme dans l’Ouest, Coop de France avait déposé 19 dossiers de demande de reconnaissance dans l’optique de créer des OVS spécialisés dans la filière porcine ou avicole. Or, dès juin 2012, les décrets d’application de la nouvelle gouvernance sanitaire avaient confirmé la volonté de l’Etat d’OVS multi-espèces. Position maintenue, depuis la reconnaissance officielle des GDS et Fredon, le 31 mars dernier.


Depuis, la Fédération nationale porcine (FNP), la Confédération française de l’aviculture (CFA) et Coop de France ont dénoncé la “décision prise en catimini par l’Etat, sous la pression et le chantage exercé par les GDS à son encontre”. “Un chantage odieux” qui fait référence au fait que GDS France avait suspendu les négociations avec l’administration, dix jours avant d’obtenir sa reconnaissance. On peut aussi comprendre qu’un élément à pu peser dans la balance : les GDS disposent d’un fonds de mutualisation sanitaire…

“Cette reconnaissance des GDS ne vise qu’à satisfaire l’ambition hégémonique d’une organisation qui souhaite s’arroger le monopole de l’action sanitaire pour l’ensemble des espèces animales, condamne Coop de France. Elle ne tient compte ni de l’intérêt des filières et des éleveurs que représentent nos organisations, ni tout simplement de la réalité”. Le syndicat des coopératives a déposé un recours devant le Conseil d’Etat.


“Nous reconnaissons ce que fait Coop de France, mais nous avons des conditions strictes d’impartialité et d’indépendance”, a réagi Jean-Luc Angot, directeur général adjoint de la direction générale de l’alimentation (DGAL). Afin que le dispositif général de gouvernance sanitaire soit opérationnel en janvier 2015, “nous avons décidé, avec le cabinet de Stéphane Le Foll, de publier les avis de reconnaissance (des OVS). Cela ne veut pas dire que Coop de France ne participera pas à la gouvernance sanitaire”, poursuit-il. Ainsi, des représentants des différents syndicats de vétérinaires, dont ceux des salariés de groupements, seront invités à discuter des programmes sanitaires régionaux au niveau de l’ASR ou du Cropsav.


Pour le directeur de GDS France, Marc-Henri Cassagne, “il n’y a pas d’intérêt économique” à devenir un OVS. “Je pense plutôt que les coopératives spécialisées se trompent de vision : elles voient les OVS comme si ils allaient s’occuper du terrain. Non, un OVS reste sous l’autorité de l’Etat, et participe aux contrôles et à la gestion des “dangers” sanitaires.” “Dans certaines régions, où la densité de production porcine et avicole est moins dense, les filières sont plutôt satisfaites de la nouvelle organisation”, commente de son côté, Jean-Claude Béchu, président de la fédération GDS des Pays-de-la-Loire.


La concertation devrait avoir lieu : si les GDS ont bien des programmes pour la gestion sanitaire en porc, il leur faudra en inventer en volaille.


Frédéric Gérard et Christian Evon,

avec Agrapresse




Signaler un abus

Catégories : Sanitaire

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services