• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Aviculture > Deux ans et demi pour monter
 son deuxième poulailler
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Aviculture - 28-03-2014

Deux ans et demi pour monter
 son deuxième poulailler

Aviculture

Installé en 2010 avec un poulailler, Jérémy Poureau a monté un deuxième bâtiment depuis novembre 2013. Il témoigne d'un parcours long de deux ans et demi pour y arriver. Pour un dossier sans problème.

Nous avions rencontré Jérémy Poureau avant son installation, en mai 2010, puis un an après en avril 2011. Le feuilleton se poursuit en 2014. Le jeune éleveur avait démarré avec un poulailler de 1 350 m2, pour un mi-temps. Motivé, il avait en tête de s'installer à temps plein, grâce à un deuxième poulailler de 1 450 m2. “Comme le premier marchait bien, j'ai vite enclenché les démarches pour un deuxième bâtiment. Mais ça a été très long...”
Il se remémore : “Passés mes premiers lots, j'ai commencé à prendre des renseignements, fin 2010 et commencé les démarches début 2011. Avec les techniciens du groupement (de la Cam), nous avons travaillé sur le dossier.” Le poulailler neuf est entré en production en novembre 2013.
Entre-temps, il aura fallu attendre les délais de traitement du dossier.

Pas de clé USB ?

Le premier poulailler n'était soumis qu'à déclaration, tandis qu'il fallait là passer à l'autorisation. L'étude d'impact a été confiée à un cabinet d'études. Il a fallu demander une autorisation d'exploiter, puis le permis de construire. Cela n'a pas présenté de problème particulier. Les surfaces d'épandage étaient trouvées également. Pourtant, la procédure a été longue, durant toute l'année 2012 : “A l'administration, le dossier avance étape par étape, reste sur un coin de bureau, puis va de service en service” commente Jacky Bachelot, le président du groupement. “Ils ont envoyé une liste de tout ce qui manquait au cabinet d'études. Parfois, c'est juste une chose mal expliquée, ou mal comprise” poursuit Jérémy Poureau. “Ils avaient demandé six exemplaires de dossier”, ce qui n'est déjà pas une mince affaire à photocopier, sachant que ces documents font plus d'une centaine de pages. “Ils en ont demandé six de plus, ainsi qu'un CD-Rom gravé ! Est-ce qu'on n'aurait pas pu tout mettre sur une clé USB, pour économiser du temps et de l'énergie ?” s'interroge le jeune éleveur.

L'enquête publique s'est déroulée en avril 2013, pendant trois semaines. Les commissaires enquêteurs ont tenu des permanences une demi-journée chaque semaine. Le dossier étant solide, ils n'ont pas recueilli de quoi causer des soucis au porteur du projet. “Je n'ai pas de problème avec mes voisins, mais c'est une question de respect : j'ai toujours fait attention à ne pas curer un samedi ou un dimanche.”

18 000 euros de frais

Il a tout de même fallu débourser 1 600 euros pour les commissaires enquêteurs, puis payer trois parutions d'annonces légales. “On était parti sur un budget de 15 000 euros. Finalement, le dossier aura coûté 18 000 euros.”

Avec ces deux poulaillers, Jérémy Poureau prévoit de sortir 66 000 poulets par bande. Avec sept bandes par an, soit 460 000 volailles, “il a de quoi faire tourner dix jours pleins l'abattoir Secoué voisin”, glisse le président. Le groupement de la Cam a monté trois bâtiments neufs en 2013, et installé un jeune en reprise de bâtiment. Quatre à cinq bâtiments neufs sont en projets pour 2014-2015.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services