• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > La France optimiste pour la sortie des quotas
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 28-03-2014

La France optimiste pour la sortie des quotas

Congrès FNPL////C’est dans un climat optimiste, que s’est déroulée l’assemblée générale de la fédération nationale des producteurs de lait (FNPL). Les éleveurs se sont dits prêts pour affronter la dérégulation du secteur, avec la sortie des quotas en avril 2015.

Oui, la France veut quitter les quotas laitiers et se projeter vers une autre dynamique”, a affirmé Thierry Roquefeuil, président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) lors du congrès de la structure, qui s’est tenu les 19 et 20 mars à Pontarlier (Doubs). L’éleveur a voulu tordre le cou à l’idée selon laquelle la France rechignait à quitter l’économie administrée, et montrer aux attachés agricoles des ambassades de plusieurs pays d’Europe­ présents dans la salle que les éleveurs tricolores étaient prêts à en découdre sur les marchés mondiaux. Depuis 1984, la production de lait était régulée en Europe par des quotas laitiers, un volume étant attribué au producteur qu’il ne pouvait dépasser. À partir d’avril 2015, le secteur sera dérégulé, et chacun pourra produire à sa guise. Prononcée à Pontarlier, cette annonce est paradoxale : la ville est située dans la zone d’appellation du comté, un fromage dont la production est drastiquement encadrée (une gestion des volumes autorisée exclusivement pour les fromages AOP par le paquet lait, un ensemble de mesures européennes,). Et cette régulation fonctionne, puisque le massif du Jura est la zone qui a perdu le moins d’éleveurs entre 2000 et 2010 (-22% contre -36% dans l’Ouest) et où le taux de renouvellement des générations a été le plus important, avec une installation pour deux départs. Le comté enseigne une chose : une production laitière de qualité, régulée, avec une appellation d’origine protégée, et dont les outils de transformations sont de petite taille et appartiennent aux éleveurs permet de garder un grand nombre de producteurs, en les rémunérant correctement.

La France se tourne vers l’export

Pourtant, c’est dans la direction opposée que regarde le monde laitier. Il n’a pas vraiment­ le choix: la production sera dérégulée en avril 2015. Tout le monde n’est pas en zone AOP. Et le marché mondial fait les yeux doux aux producteurs français, avec une demande asiatique exponentielle et très rémunératrice. Selon Benoit Rouyer, à la tête de la direction économie au Cniel (l’interprofession laitière), le marché chinois est un débouché pérenne, puisque le prix de production du lait en Chine est très élevé, avec des élevages hors sol où tout est importé, même le foin. “L’Europe est de nouveau conquérante sur les marchés extérieurs”, constate-t-il. Son principal concurrent à l’export, la Nouvelle-Zélande a vu ses coûts de production être multiplié par trois en douze ans.

Un pacte de responsabilité pour la filière lait

Alors que tous les voyants sont au vert sur le marché mondial, la situation en France reste très tendue, avec un prix du lait qui, s’il devrait être élevé en 2014, restera au-dessous des cours mondiaux. En 2013, un médiateur avait dû être nommé par les pouvoirs publics pour obtenir une augmentation du prix du lait payé aux éleveurs. Début 2014, les négociations entre industriels et la grande distribution se sont déroulées dans un climat détestable.

Pour essayer de débloquer cette situation, les producteurs de lait proposeront à la rentrée un “pacte de responsabilité” à leurs partenaires industriels et distributeurs, des acteurs avec lesquels les relations commerciales sont exécrables depuis plusieurs années. “La formule est à la mode mais elle a du sens”, a justifié Thierry Roquefeuil. “A l’automne au plus tard, je souhaite que nous puissions créer un événement qui formalise les engagements des acteurs laitiers et de nos dirigeants dans un monde sans quota”, développe le président de la FNPL. “Respectez les contrats, respectez les producteurs”, a-t-il lancé à l’adresse des industriels, leur demandant, tout comme à la grande distribution, “un sens de la responsabilité”.

Si les perspectives sont bonnes, il faut encore qu’elles se concrétisent concrètement pour les éleveurs. Pour ça, il faut que tous les acteurs aillent dans le même sens. Ce qui est, aujourd’hui, loin d’être le cas.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services