• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Les producteurs de porc de la Cam font de plus en plus leur aliment
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 28-03-2014 - Frédéric Gérard

Les producteurs de porc de la Cam font de plus en plus leur aliment

GROUPEMENT

L’assemblée générale de Cam porc s’est tenue le 21 mars, à Saint-Jean-sur-Mayenne. La production se maintient, à la différence du marché français (-2,1 %). Hors porc charcutier, des évolutions sont à noter.

Parmi les dossiers sur lesquels insister, indique Julien Segalen, la démédicalisation. “Trois nouveaux éleveurs se sont inscrits dans cette démarche. Mais il faut encore accentuer la communication.”

Parmi les dossiers sur lesquels insister, indique Julien Segalen, la démédicalisation. “Trois nouveaux éleveurs se sont inscrits dans cette démarche. Mais il faut encore accentuer la communication.”


Au 31  mars, tous les élevages doivent être aux normes bien-être pour les truies gestantes. En 2013, constate Julien Segalen, responsable du groupement, “peu d’éleveurs ont souhaité arrêter le naissage. Ceux qui ont voulu le faire, l’ont fait plutôt en 2009-2010. Les gens ont en quelque sorte anticipé.” Parmi ceux qui n’ont pas arrêté, certains se sont regroupés en maternité collective.

Il y a 139 élevages aux normes, 28 restent à contrôler.


Un porc sur deux alimenté par la Faf ?


Bonne nouvelle : les prix des aliments n’ont eu de cesse de baisser, au cours de l’année, de 320 € à 260 €/t. Le bémol, remarque le président Ivan Leclerc, “c’est que ce sera compliqué de redescendre à un ICA Cam à 220-230. On risque plutôt de rester avec un ICA à ce niveau.” Or, “les trésoreries restent tendues”.

Pour y faire face, les éleveurs réorientent leur alimentation. Les ventes d’aliments ont diminué (-3,7 % en Pays-de-la-Loire), mais la baisse de la production et des abattages (- 2,12 % en France) n’expliquent pas tout. “De plus en plus d’éleveurs gardent leurs céréales pour leur propre consommation, et ainsi, gagner en autonomie”, note Julien Segalen. Le groupement s’attend ainsi à ce que, “dans les deux prochaines années, 40 % à 50 % des porcs proviennent d’élevages fabricant leurs aliments à la ferme”.


Julien Segalen note encore que pour les achats, “les gens pensent plus en minéraux”. A la Cam comme ailleurs, les ventes d’aliments complets diminuent significativement.


Nucleus “plébiscité”


En génétique, la Cam “travaille à trouver de nouveaux marchés”. En 2013, ses parts de marchés ont progressé en ventes de reproducteurs (+5 %). La barre symbolique des 2 millions de doses IA vendues a été passée. Le schéma Nucleus est “plébiscité par les éleveurs” se félicite le groupement.


Frédéric Gérard



Signaler un abus

Catégories : Porcs

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services