• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Contextes divers pour les filiales. En 2013, le ma
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 21-03-2014

Contextes divers pour les filiales. En 2013, le ma

Contextes divers pour les filiales. En 2013, le marché de l’ultra-frais s’est révélé très tendu. La filiale industrielle créée avec Senoble en a souffert. “En 2014, Senagral va devoir redresser ses résultats tout en défendant ses volumes.” Problème inverse pour Délicelait, l’usine de diversification de Moyon, dans la Manche : “Les volumes contractualisés avec Agrial et CLE Bongrain ont été insuffisants au regard des besoins.” Pour satisfaire “difficilement” la forte demande, l’usine a dû s’approvisionner sur le marché à des prix élevés, rognant ainsi sur sa marge. Toutefois, “la pire c… avec Délicelait serait d’aller vendre de la poudre de lait mondial, explique Patrick Lepelleux, directeur de la branche Lait. Il faut chercher des marchés de niche, avec des marques bien valorisées”. Bongrain : la faute aux autres. Des producteurs regrettent que la CLE-Bongrain n’ait pas respecté son engagement sur les prix. “Il faut aussi regarder l’environnement”, insiste Daniel Chevreul, directeur des approvisionnements laitiers chez Bongrain. Qui invite à “faire le bilan en fin d’année”. Rémi Pelhate reconnaît : “Sur 2012-2013, on était mieux placé (sur les prix du lait) par rapport au reste du marché.” “Il faut remettre dans le contexte où les principaux concurrents (Lactalis, Sodiaal, etc.) ont décroché”, remarque quant à lui Pascal Lebrun, autre administrateur de la branche Lait. 5 millions d’euros en plus pour les éleveurs Coralis. En juin prochain, et en quelques mois seulement, la coopérative de Cesson-Sévigné, près de Rennes, devrait devenir le 4e bassin de la branche Lait d’Agrial (647 exploitations, 245 millions de litres). En avril dernier, le conseil d’administration en place avait été évincé. “En trois ans, les éleveurs ont dû laisser 10 millions d’euros dans leur coopérative, explique le nouveau président, Jean-Yves Rissel. Cela participait à une démotivation des producteurs d’Ille-et-Vilaine pour le lait. Entre janvier 2013 et janvier 2014, ce sont 5 millions d’euros d’écart qui ont été versés aux producteurs, soit environ 7 000 euros de plus par paie de lait… Le prix du lait ne peut sans doute pas tout expliquer.” Avant la destitution du précédent CA, deux visions s’opposaient : le CA portait un projet d’investissements supplémentaires, d’autres n’en voulaient pas. Les contradicteurs ont eu gain de cause. Le projet en question était une tour de séchage, porté avec Bongrain… Qui reste “le seul client”, encore à ce jour, de la collecte Agrial.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services