• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins lait > Les Charolais définissent leur programme, mais ne peuvent tirer de conclusions sur la Pac
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins lait - 07-02-2014

Les Charolais définissent leur programme, mais ne peuvent tirer de conclusions sur la Pac

RACE ALLAITANTE

Les éleveurs de Charolais ont tenu leur assemblée générale mardi 28 janvier. Ils ont confirmé les rendez-vous de l'année.

Présentation au Cima en juillet à Mayenne, concours interdépartemental à Evron en septembre, portes ouvertes en novembre, National en Sarthe en 2015 avec 500 animaux attendus. Une visite du marché de Rungis sera également organisée en mai. “On en entend toujours parler, mais on ne sait pas réellement comment ça fonctionne”, commente Frédéric Savary, le président de l'association des éleveurs.


“Une Pac favorable
à l'élevage, mais pas 
en Mayenne”


Les adhérents se sont aussi penché sur la Pac. Si la réforme orchestrée par le ministère est “globalement favorable à l'élevage au niveau national, ce ne sera pas le cas à l'échelle de la Mayenne”, indique Romain Guibert, de la chambre d'Agriculture. Plusieurs questions non réglées liées à la redistribution des DPU historiques ne permettent pas encore de “sortir la calculette sur les exploitations” (primes à la vache allaitante, aux génisses, montant dégressif des aides, etc.). “Ce qui est sûr, c'est que ce qui sera pris aux céréaliers ne sera pas récupéré par les éleveurs”, conclut Frédéric Savary.

“Dans l'ensemble, ce n'est pas bon, explique Romain Guibert. La Mayenne a parmi les DPU les plus élevés (430 €/ha de moyenne), donc forcément, les éleveurs d'ici seront contributeurs”. La question sera de savoir si ces pertes pourront être répercutées sur les prix de vente, qui ont déjà sensiblement augmenté depuis 18 mois. Certains leviers techniques restent par ailleurs “accessibles”, souligne le technicien (efficacité alimentaire, âge au vêlage, etc.).


Les éleveurs attendent donc de connaître les arbitrages définitifs. A huit jours du congrès de la FNB, qui devait commencer ce mercredi en Vendée, quelques pistes étaient évoquées : relever la taille des cheptels éligibles afin d'exclure des animaux de l'enveloppe globale des primes à la vache allaitante, par exemple. Le seuil est actuellement fixé à 10 vaches allaitantes. “Le ministère a vendu comme actée une prime de 200 euros aux 40 premières vaches. On a calculé que cela faisait 70 euros pour les suivantes.” Mais après le congrès de la fédération bovine, tout ne devait pas encore être calé.

Enfin, en présence d'une vingtaine de personnes, le bureau de l'association des éleveurs de Charolais a également été modifié.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services