• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins viande > Les JB s’engraissent mieux dans un bon environnement
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins viande - 07-02-2014

Les JB s’engraissent mieux dans un bon environnement

Bovins viande //// Au cours de deux réunions d'hiver, la Coopérative des agriculteurs de la Mayenne a présenté les axes à suivre pour faire progresser les GMQ. L'un de ces axes : le bâtiment.

On n'a pas toujours de prise sur le prix de vente, mais on peut vraiment influer sur les points techniques” décrit Jean-Claude Béchu, le président du groupement Bovins de la Cam. C'est ce que les techniciens et nutritionnistes ont présenté aux éleveurs à Evron le 21 janvier et à Juvigné le 23. L'un des quatre axes stratégiques sur lesquels les éleveurs peuvent jouer est l'environnement dans lequel évoluent les animaux.

Plus de surface, plus de paille

Les bâtiments ? Par exemple, la surface par jeune bovin influence sa croissance. Ceux qui ont un GMQ de plus de 1 600 g par jour disposent de plus de 3,5 m2. En fait, on recommande même 3,8 m2. En dessous de 3,5 m2, les croissances sont plus faibles. Même constat pour le paillage : avec 2,7 kg paille/j/animal, le GMQ n'est que de 1 377 g alors qu'avec 3,2 kg, le GMQ est de 1 613 g. Il est important aussi de veiller à une bonne ventilation : moins de 20 m3 par JB pénalise la croissance. Les meilleurs animaux bénéficient de plus de 25 m3. La coopérative préconise également de remplir le râtelier deux fois par jour, voire de proposer de la paille à volonté. A peine 18 % des JB qui gagnent entre 1 535 g et 1 600 g ont un râtelier rempli deux fois, alors que ceux qui gagnent plus de 1 600 g ont à manger deux fois par jour, pour 53 % d'entre eux. La qualité de l'eau est un facteur à surveiller (l'eau représente tout de même 67 % de la ration), le pH de l'eau influence le plus le pH du rumen. Enfin, pour éviter les ennuis sanitaires, mieux vaut garder un bâtiment propre (curage, décapage, désinfection).

Pour limiter les soucis de santé, il est primordial d'être rigoureux à l'arrivée des animaux : “Les vaccinations, c'est très important. Une couverture avec les antibiotiques, ça aide” commente Jean-Claude Béchu. Cette gestion de la phase d'adaptation est le deuxième volet à suivre. Les conseils portent aussi sur deux autres axes : l'optimisation du programme alimentaire et la gestion des départs.

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services