• Suivez-nous :

accueil
Eco-gestion > Autres eco-gestion > “Sur Twitter, il faut avoir une ligne éditoriale et être cohérent”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Autres eco-gestion - 31-01-2014 - Antoine Humeau

“Sur Twitter, il faut avoir une ligne éditoriale et être cohérent”

RESEAUX SOCIAUX

Valérie Lebourgeois est consultante en marketing et communication dans le secteur du végétal. Elle livre quelques conseils pour les agriculteurs qui utilisent le réseau social de microblogging Twitter.

Valérie Lebourgeois est consultante en marketing et communication. “Dès qu’on a un compte Twitter, on devient une identité publique. Faites attention à ce que vous tweetez.”

Valérie Lebourgeois est consultante en marketing et communication. “Dès qu’on a un compte Twitter, on devient une identité publique. Faites attention à ce que vous tweetez.”


Pourquoi être sur Twitter, quand on est agriculteur ?

On peut y être juste pour lire des informations, faire de la veille. En s'abonnant à différents comptes, on suit les acteurs qui nous intéressent. Twitter a un côté intuitif, réactif, instantané, c'est un peu comme si on lisait les titres des journaux. C'est de l'information d'experts. Les chercheurs, syndicats, journalistes, sont sur Twitter et apportent des informations parfois intéressantes et pointues.


Comment choisir ses abonnements ?


Il faut commencer par les grands comptes. Si vous êtres vignerons, abonnez-vous au compte d'Interloire, si vous êtes syndiqué FNSEA, abonnez-vous au compte FNSEA ou à Christiane Lambert par exemple ! Et si vous vous intéressez à l'agroforesterie, choisissez les comptes d'agroforesterie. Ensuite, regardez leurs followers (abonnés), ainsi que leurs retweets, et cela va très vite, pour élargir !


Faut-il utiliser Twitter pour communiquer ?


Pas forcément. Il faut avoir des choses à dire. Si vous cherchez à cibler des retraités, ce n'est pas la peine. Twitter n'est pas un outil grand public, c'est une caisse de résonance. Un vigneron peut se servir de Twitter pour parler de son travail et de ses vins, et aussi pour entrer en contact avec d'autres viticulteurs qui ont la même démarche que lui. Quand on a un domaine d'expertise particulier, c'est intéressant de se servir de Twitter pour communiquer. Si vous êtes pointu en machinisme agricole, en semences, ou dans une race de vache, vous pouvez vous exprimer exclusivement là-dessus. Ce qu'il faut c'est avoir une ligne éditoriale, ne pas parler de tout et n'importe quoi.

Et une fois que vous avez identifié les gens qui sont sur le même sujet que vous, cela vous permet de faire une veille collective.


Quels conseils de prudence donneriez-vous ?


Dès que l'on a un compte Twitter, on devient une identité publique. Faites attention à ce que vous tweetez et retweetez, n'importe qui y a accès.


Peut-on avancer masqué ou faut-il avoir un compte à son nom ?


On fait ce que l'on veut, mais à part si vous êtes un lanceur d'alertes et que vous voulez vous protéger, il n'y a pas de raison de se cacher, vous avez intérêt à bien dire qui vous êtes, avec votre photo. L'important est d'être cohérent.


Antoine Humeau



Pour en savoir plus

L'avenir agricole a un compte Twitter : @AvenirAgricole



Signaler un abus

Catégories : Diversification

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services