• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Un nouvel enjeu peu palpable
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 31-01-2014 - Rémi Hagel

Un nouvel enjeu peu palpable

EVENEMENT/ Air et agriculture

La chambre régionale d’agriculture organisait un forum Air et agriculture - le deuxième en France. La qualité de l’air concerne tout le monde, mais est complexe à appréhender. Le monde agricole explore les pistes.

Les engins agricoles rejetent des gaz ou des particules. Ils sont issus de la combustion, mais aussi de l’abrasion des freins et des pneus. La technologie évolue. Le GNR, par exemple, possède une concentration en soufre cent fois moindre que le fuel.

Les engins agricoles rejetent des gaz ou des particules. Ils sont issus de la combustion, mais aussi de l’abrasion des freins et des pneus. La technologie évolue. Le GNR, par exemple, possède une concentration en soufre cent fois moindre que le fuel.


Réfléchir à la qualité de l’air est une nécessité, qui ne date pas d’hier. Le smog tombé sur Londres en décembre 1952 aurait causé la mort prématurée d’environ 12 000 personnes. “L’impact sanitaire n’est plus contesté” explique Emmanuelle Bastin, de la Dreal, en ouverture de la rencontre qui s’est tenue ce 28 janvier à Angers. En France, on estime que ces pollutions provoquent 40 000 décès anticipés par an. On compte 3,5 millions de personnes asthmatiques.

“Quand on parle de qualité de l’air, il faut avoir en tête que cela porte sur plusieurs échelles spatiales et de temps” rappelle Arnaud Rebours, directeur adjoint d’Air Pays-de-la-Loire. Certaines émissions ont des conséquences plus larges : l’acidification des sols, l’eutrophisation, le dérèglement climatique.


Pourtant, “c’est un nouvel enjeu pour le monde agricole” décrit Laurent Lelore, élu à la chambre d’agriculture. De fait, “ce forum n’est que le deuxième organisé en France !” explique Emmanuelle Bastin. “On n’est qu’au début des réflexions concrètes concernant la pollution de l’air et l’agriculture. Les démarches sont complexes parce qu’il n’y a jamais qu’un seul secteur qui est à l’origine de pics de pollution. Et certains éléments, comme les conditions météo ne sont pas maîtrisables”.


Ainsi, “le but de cette journée est de comprendre, pour agir. Pour l’instant, chacun doit y voir plus clair” prévient Laurent Lelore. Les études restent à affiner. L’Ademe met au point un logiciel d’indicateurs, Agribalyse. “On travaille avec des modèles, mais on a besoin de données de terrain” admet Vincent Colomb. Autre exemple, en aviculture, “sur le stockage d’effluents, on est toujours sur des dires d’experts” explique Paul Ponchant, de l’Itavi. Quant aux références de mesures, “on a deux typologies, fumier et lisier”. Cela ne reflète pas la diversité des bâtiments, des conduites, des espèces. “Cela reste grossier. Il y a des progrès à faire.”


Toutefois, on ne part pas de rien. Différents composants sont ciblés. L’agriculture est concernée par les particules fines (PM 10 et PM 2,5), l’ammoniac (NH3) et l’oxyde d’azote (NOx).


D’après les mesures Basemis (2008-2010) pour les Pays-de-la-Loire, elle compte pour 37% des rejets de particules PM10 (de moins de 10 micromètres) et seulement 15% des PM 2,5. Au niveau national, l’implication est plus faible : 19% des PM10 et 10% des PM 2,5. Cela est plutôt rassurant parce que ces particules fines sont celles qui ont le pire impact sur la santé. Selon Basemis, l’agriculture ne représente que 3% des rejets de dioxyde de soufre, 15% de l’oxyde d’azote, mais 30% des gaz à effet de serre, et surtout 97% pour l’ammoniac.


Des plafonds à respecter


Ces émissions sont dans la ligne de mire du pouvoir réglementaire. Le plan Particules a été adopté en 2010. Et le programme national de réduction des émissions PREPA (polluants NEC) est en révision. “De nouveaux plafonds sont prévus pour 2014-2015, avec pour objectif de les diminuer” prévient Emmanuelle Bastin.“Il y aura un volet agricole.” L’Assemblée des chambres d’Agriculture (APCA) va être associée.


Rémi Hagel


Pour en savoir plus

Toutes les interventions du forum sont disponibles ici


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services