• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Le préfet autorise Aprochim à poursuivre son activité, des riverains réclament des conditions
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 31-01-2014 - Frédéric Gérard

Le préfet autorise Aprochim à poursuivre son activité, des riverains réclament des conditions

Pollution au PCB


Le 23  janvier, les résultats des analyses de suivi renforcé de l'entreprise Aprochim ont été présentés au Coderst. Celle-ci était menacée de suspension en cas de non-respect de l'arrêté du 8 novembre 2013 : le préfet avait alors donné quatre semaines à l'usine pour prendre des mesures lui permettant d'être en conformité avec l'arrêté du 12 avril 2012. En conclusion, le préfet juge que “les résultats des analyses ainsi que l'inspection réalisée par les services de l'Etat au mois de décembre 2013 montrent qu'à ce jour, tous les rejets à la sortie de la cheminée sont conformes […] et que l'entreprise respecte les prescriptions qui lui ont été fixées”.

L'activité d'Aprochim se poursuit donc, avec un suivi mensuel des mesures de rejets en sortie de cheminée. Ces résultats seront désormais “systématiquement présentés au Coderst, qui se réunit chaque mois. Dans une hypothèse de dépassement, la suspension d'activité sera proposée par le préfet”.


Des contrôles tronqués ?


L'association Entre Taude et Bellebranche, membre du Collectif PCB 53, y voit “une mascarade” : “Tous les derniers contrôles ont été effectués avec une activité à 60 tonnes de solides par semaine. Tout le monde sait qu'à ce niveau, il n'y a pas de problème. Si les mesures continuent de porter sur une activité à 50 %, jusqu'en mai-juin, Aprochim pourra donc continuer. Et elle pourrait alors ne plus être soumise aux menaces de suspension. Ce qui nous dérange, c'est qu'elle pourra malgré tout aller jusqu'à 110 tonnes, comme l'y autorise encore l'arrêté d'avril 2012, sans que son process n'ait été contrôlé pour un tel niveau de production. Or, dès qu'on dépasse ce seuil de 60 t/semaine, la pollution revient. Depuis avril 2012, tous les contrôles à plus de 100 t ont été mauvais. Ceux effectués entre 70 t et 100 t ont été mauvais à 70 %.”


Le Collectif PCB 53 demande au préfet, soit de limiter la production d'Aprochim à 60 t par semaine, “seul niveau de production où l'innocuité est démontrée”. Soit d'effectuer des contrôles lorsque l'activité dépasse les 100 t par semaine, “afin de s'assurer que l'usine maîtrise complètement son process industriel”. En d'autres cas, les associations membres du collectif envisagent de porter la décision devant le juge administratif. “Tout ce qu'on demande, c'est la sécurité de notre lieu de vie.”


Frédéric Gérard




Signaler un abus

Catégories : Environnement Mayenne

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services